Au centre-ville de Saint-Quentin, le vrac a trouvé sa place !

Renaud Vandepontseele a ouvert à Saint-Quentin avec la complicité de son épouse, une épicerie Day by day où les aliments alimentaires sont vendus en vrac. Mais la clientèle trouve également dans l’espace de vente implanté au pied de l’hôtel de ville des produits d’hygiène et de droguerie. Carte en main, Renaud Vandepontseele détaille aux clients […]

377
Les clients apprécient l’ambiance "épicerie de proximité" que le gérant s’efforce d’installer dans le commerce.

Renaud Vandepontseele a ouvert à Saint-Quentin avec la complicité de son épouse, une épicerie Day by day où les aliments alimentaires sont vendus en vrac. Mais la clientèle trouve également dans l’espace de vente implanté au pied de l’hôtel de ville des produits d’hygiène et de droguerie.

Carte en main, Renaud Vandepontseele détaille aux clients de l’épicerie, la provenance des produits vendus, essentiellement de France. Et depuis l’ouverture, le 28 août dernier,  il n’est pas un jour sans qu’un nouveau client entre dans le commerce implanté au centre-ville, curieux de venir découvrir les produits vendus en vrac : « Ici, vous vous faites plaisir en achetant la quantité que vous voulez », appuie le gérant Renaud Vandepontseele. Car la force du magasin, c’est bien le vrac !

Vu à la télé

Renaux Vandepontseele a toujours eu envie d’ouvrir un commerce mais jugé de « tempérament trop timide » l’élève est orienté vers le secteur de la restauration. Le jeune homme multiplie les expériences professionnelles sur Saint-Quentin en gardant toujours son idée en tête. Le déclic viendra d’un reportage diffusé à la télévision et qu’il regarde en compagnie de son épouse. Dès lors, le couple décide de monter un dossier et se met en recherche du local idéal. Au centre-ville, une ancienne boulangerie est à vendre, les époux décident que ce sera là où ils ouvriront leur épicerie en vrac. « Dix mois ont été nécessaires pour mener le projet à bien, à peu de choses près le temps d’une grossesse, car c’est un peu notre bébé », confie le gérant de la boutique. « Nous proposons dans l’épicerie 750 références de produits bio ou conventionnels. Nous nous approvisionnons auprès de la plate-forme qui se fournit elle-même auprès de 70 petits producteurs, mais nous pouvons également sur certains produits travailler avec des producteurs locaux. C’est le cas pour Saint-Quentin où nous travaillons avec une productrice de savons. Nos œufs viennent d’un  village voisin de Saint-Quentin, nous assurons ainsi la traçabilité des produits », martèle ce dernier. 

De belles histoires à partager

« Les produits que nous vendons sont souvent l’occasion de belles histoires à raconter sur les producteurs, des histoires familiales… des personnes qui ont souhaité apporter un petit plus et qui aujourd’hui nous font confiance. Nous essayons de notre côté avec mon épouse de partager les astuces et recettes que nous appliquons nous-mêmes en matière de tri des déchets ou de consommation, pour que les clients aillent eux-aussi dans ce sens. Il ne faut pas forcer les choses, c’est petit à petit que les personnes doivent adopter de nouveaux comportements sinon ils ne tiennent pas », confie l’épicier.