Altytud, le cluster qui œuvre pour rendre plus visible la filière

Lancé il y a un an pour prendre le relais du Pôle Hydraulique et mécanique d’Albert (PHMA), le cluster Altytud a permis de rassembler les entreprises du champ aéronautique sur l’ensemble de la région Hauts-de-France.  « La mutation entreprise il y a un an nous a permis de nous recentrer autour de l’aéronautique mais surtout […]

514
La rentrée de l’industrie aéronautique en Hauts-de-France a permis de fixer un cap pour l’année à venir.

Lancé il y a un an pour prendre le relais du Pôle Hydraulique et mécanique d’Albert (PHMA), le cluster Altytud a permis de rassembler les entreprises du champ aéronautique sur l’ensemble de la région Hauts-de-France.

 « La mutation entreprise il y a un an nous a permis de nous recentrer autour de l’aéronautique mais surtout d’aller au-delà d’Albert et de nous ouvrir à tous les acteurs des Hauts-de-France. Nous n’avons pas eu besoin de les convaincre, ils ont tout de suite compris l’utilité d’un cluster qui nous permettrait de nous rassembler », résume Adeline Doyen, présidente du réseau. Parmi les 70 membres, toute la filière ou presque est représentée, des donneurs d’ordres aux PME locales en passant par des écoles partenaires. « La gouvernance est 100% industrielle », ajoute-t-elle.

Se faire connaître

Ce changement de cap il y a un an a permis au cluster de fédérer les professionnels du secteur derrière un même étendard et ainsi de se faire connaître au niveau national. Une stratégie payante puisque Altytud est aujourd’hui membre du Groupement des industries françaises aéronautiques (Gifas). « Se retrouver à la table du Gifas est un pas important, cela veut dire que notre filière régionale est reconnue et identifiée », poursuit Aline Doyen qui insiste sur le dynamisme du cluster et de ses membres. « Concrètement cela veut dire par exemple que l’on peut diffuser plus facilement les appels d’offres, que nous avons accès à l’international », complète Arnaud Soulet, vice-président d’Altytud. Ce travail de recensement a également permis aux membres eux-mêmes de se découvrir et de se rencontrer. « Tous les 2 mois nous organisons des réunions. Cela peut être l’occasion de visiter des entreprises, de faire connaissance ou d’échanger sur des problématiques communes. L’un de nos objectifs est aussi de progresser et de trouver des solutions ensemble à des problèmes que nous rencontrons tous », note Arnaud Soulet.

Trouver des solutions

Recrutement, attractivité, visibilité de la filière… Altytud engage de nombreuses actions – éductour, brevet d’initiation aéronautique, participations à des salons – pour répondre à ces sujets récurrents qui touchent les entreprises locales. « Les salariés de la filière sont reconnus pour leur grande technicité et leur savoir-faire. Le travail de la matière est inscrit dans la culture de ce territoire », insiste néanmoins Arnaud Soulet. « C’est une région de travailleurs », abonde Aline Doyen qui évoque aussi la diversité des entreprises en fonction des départements. « Il y a plus d’électronique dans l’Oise par exemple », détaille-telle. En allant à la rencontre d’autres associations, la présidente du Cluster souhaite se nourrir des expériences de chacun et faire monter en compétences les membres d’Altytud.