Chantilly fête le tricentenaire des grandes écuries

En 2019, le Domaine de Chantilly célèbre ce tricentenaire avec quatre événements uniques : un spectacle équestre créé par Sophie Bienaimé : Il était une fois… les Grandes Écuries, jusqu’au 22 août, ainsi qu’une exposition, un spectacle son et lumière, Le palais où le cheval est roi, pendant les Journées du patrimoine, et un documentaire […]

411

En 2019, le Domaine de Chantilly célèbre ce tricentenaire avec quatre événements uniques : un spectacle équestre créé par Sophie Bienaimé : Il était une fois… les Grandes Écuries, jusqu’au 22 août, ainsi qu’une exposition, un spectacle son et lumière, Le palais où le cheval est roi, pendant les Journées du patrimoine, et un documentaire qui retrace en images cette épopée architecturale.

C’est en 1719, sous la Régence de Philippe d’Orléans qu’a débuté la construction des plus grandes écuries d’Europe, un bijou d’architecture commandé à l’architecte J e a n – A u b e r t par Louis Henri de Bourbon, VIIe Prince de Condé. Depuis 300 ans, ce véritable palais pour chevaux se dresse à deux pas du Château de Chantilly et du célèbre hippodrome qui accueille des courses de galop prestigieuses, comme le Prix de Diane. Les Écuries, avec leurs sculptures immenses et leur dôme haut de 26 mètres, accueillent depuis 1982 le musée vivant du cheval, créé par Yves Bienaimé – également créateur du potager des princes du Domaine de Chantilly – en 1978. Les spectacles équestres, créés par Sophie Bienaimé depuis 2004 – et déroulés avec ses écuyères – sont un succès incontestable. Le musée a attiré 180 000 visiteurs en 2018.

Spectacle historique

Ce chef d’oeuvre consacré à la plus belle conquête de l’homme appartient à l’Institut de France, créé en 1795. Le Général Jérôme Millet, administrateur du Domaine de Chantilly, raconte à propos du descendant de Louis XIV : « Il régnait sur Chantilly, il était très riche, passionné de vénerie et c’est la raison pour laquelle il a entrepris cette construction qui s’est achevée en 1735. La longueur des écuries est de 186 mètres, pouvant accueillir 240 chevaux. C’était aussi un palais pour les chiens. » Sophie Bienaimé détaille : « Le Duc de Bourbon a une vision un peu folle et a fait un palais plus qu’une écurie dédiée au cheval et aux chiens. Cet écuyer dressait les chevaux, mettait en selle le prince pour la guerre et la chasse avec des montures fiables. De plus, cet homme exceptionnel était aussi vétérinaire et maréchal-ferrant. » En 1840, le Duc d’Aumale rénove les Écuries et la même année ont lieu les premières courses hippiques au monde. Sophie Bienaimé propose une de ses créations jusqu’au 22 août, sous le dôme, baptisée Il était une fois… les Grandes Écuries. Pendant plus d’une heure, une quinzaine de numéros avec chevaux, ânes et poneys feront revivre l’histoire et les grandes étapes de la vie de ces écuries joignant narration et figures équestres qui en font sa renommée. Ils permettront de faire découvrir au public les figures de haute-école, le travail en liberté, les cabrés, les couchés, les révérences, etc. Le spectacle racontera la chasse, la monte des femmes en amazone, la venue de Sissi Impératrice et aussi la Libération de Paris. La visite du musée avec sa collection de colliers de chiens est incontournable. Un Tricentenaire à ne manquer sous aucun prétexte.

Le spectacle de Sophie Bienaimé fait revivre l’histoire et les grandes étapes de la vie des Écuries