Matinale spéciale commande publique

Les principaux acteurs samariens de la commande publique étaient réunis à la CCI Amiens- Picardie qui organisait mi-mai une Matinale dédiée. L’occasion de découvrir les marchés à venir et la politique d’achat de la Région, du Département, d’Amiens Métropole et du CHU. La salle était comble pour cette Matinale mensuelle organisée dans les locaux de […]

499
Les poids lourds de la commande locale étaient réunis pour cette Matinale.

Les principaux acteurs samariens de la commande publique étaient réunis à la CCI Amiens- Picardie qui organisait mi-mai une Matinale dédiée. L’occasion de découvrir les marchés à venir et la politique d’achat de la Région, du Département, d’Amiens Métropole et du CHU.

La salle était comble pour cette Matinale mensuelle organisée dans les locaux de la CCI Amiens-Picardie le 15 mai. L’occasion pour les chefs d’entreprise présents de mieux comprendre leur politique d’achat et de découvrir les programmes d’achat de chacun, la Matinale étant suivie d’un temps de rencontres entre entreprises et acheteurs. Comme l’a expliqué en préambule Fabien Pinceel, directeur de l’achat public Région Hauts-de-France: « Dans la politique achat, il existe plusieurs leviers, dont la professionnalisation des acheteurs. La Région a lancé un gros parcours de formation pour les aider à mieux appréhender les étapes de sourcing et à mieux discuter avec les fournisseurs notamment. » Pour aider les entreprises, la Région a imaginé un volet simplification et un cadre de mémoire technique, « la réglementation s’est beaucoup assouplie, de plus en plus de régularisations sont autorisées si vous avez oublié des éléments », a rassuré le directeur de l’achat public de la Région, qui a tenu à rappeler que dans le cadre de la dématérialisation (totale à partir de 25 000 euros), il n’y avait plus obligation de signer l’offre. « Nous avons aujourd’hui une part très marginale de commandes en-dehors des Hauts-de-France, 90% du montant contracté en 2018 [ndlr, 227 millions d’euros, soit 458 marchés passés] a été attribué à des entreprises régionales », a souligné Fabien Pinceel. Les achats de la Région se concentrent aujourd’hui sur la formation professionnelle pour les personnes en recherche d’emploi (20 à 30% des dépenses d’achat), la rénovation et la maintenance des lycées, ou encore les transports interurbains et scolaires. Côté Département, les achats sont eux aussi très diversifiés : construction, réhabilitation et entretien de bâtiments (6,5 millions d’euros), entretien et développement des infrastructures (27,8 millions d’euros), achats de prestations de services (traiteur, hébergement, travaux d’impression, etc.) à hauteur de 31 millions d’euros, ou encore achats de fournitures (9,3 millions d’euros). « Le Conseil départemental de la Somme s’est doté en 2018 d’une politique achat », a rappelé Thibault Bourdon, chef du service Achat au Conseil départemental de la Somme. En 2018, les achats du Département ont représenté 103 millions d’euros. « 66% de ce chiffre d’affaires a concerné des entreprises implantées dans la Somme, soit près de 68 millions d’euros, et quasiment 80% sur la Région », a-t-il détaillé. Marie Manicacci, directrice des achats à Amiens Métropole s’est à son tour prêtée au même exercice de présentation que ses homologues : « La direction des achats est une cellule assez récente puisqu’elle a été créée le 1er janvier 2018, en complément de la cellule des marchés publics. » Les volumes d’achats de fonctionnement et d’investissement de la Métropole sont eux aussi conséquents, avec 470 familles d’achats. « Notre action s’inscrit dans un projet de mandat : nous devons servir le mieux possible les politiques voulues par les élus, a souligné Marie Manicacci. Nous avons une réglementation favorable à l’accès à la commande publique des TPE et PME, c’est important. Avec une exigence de performance économique et de l’achat (sa rationalisation), et de performance socio-économique environnementale. » Pour répondre à ces enjeux, la direction de achats de la Métropole s’est fixée trois objectifs, baptisés « 3A » : acheter pour répondre au juste besoin au juste moment, acheter durable au bénéfice de la collectivité et de sa responsabilité sociétale et améliorer en continu le processus d’achat. Établissement support du Groupement hospitalier de territoire Somme littoral Sud, le CHU Amiens-Picardie porte l’ensemble des achats des dix membres du GHT. « Un des intérêts de cette structuration, c’est de mutualiser les expertises des établissements, de professionnaliser la politique d’achat et d’améliorer la prise en charge de nos patients », a expliqué Magali Tassery, directrice des achats au CHU Amiens/ Groupement hospitalier de territoire (GHT) Somme littoral sud. Le GHT dépense 300 millions d’euros en exploitation, avec 31,3% de fournisseurs ayant leur siège dans la région. « Nous essayons de favoriser l’emploi local, a indiqué la directrice des achats, notre politique achat traduit vraiment nos valeurs. Le maître-mot, c’est le service client, avec des achats de qualité responsables et durables, nous travaillons sur le tissu économique local, et sommes attentifs aux solutions écoresponsables qui nous sont proposées. Un de nos autres objectifs : entretenir une relation durable et transparente avec nos fournisseurs. » Romain Gaudefroy, gérant de Martelle Pro à Amiens, a clos cette Matinale en faisant part de son expérience : « Comment faire face à des géants lorsqu’on est une PME ? Nous avons adhéré à un groupement de 450 indépendants, dotés d’une centrale. Nous avons ainsi la force de frappe des grosses entreprises, tout en conservant notre indépendance territoriale. » En deux ans, Martelle Pro a doublé son chiffre d’affaires et sa superficie, et embauché cinq personnes.