Les jeunes de plus en plus motivés pour la création ou reprise d’entreprises

La création d’entreprise se porte bien… et séduit les jeunes. Une récente étude portant sur l’intention entrepreneuriale des 16-25 ans révèle que 45% d’entre eux imaginent créer ou reprendre une entreprise un jour, une forme d’engagement sociétal, pour eux. Et ils voient l’entrepreneur d’abord comme un leader. Interrogés par Opinionway dans le cadre d’une étude […]

748
45% des 16-25 ans s’imaginent créer ou reprendre une entreprise un jour.

La création d’entreprise se porte bien… et séduit les jeunes. Une récente étude portant sur l’intention entrepreneuriale des 16-25 ans révèle que 45% d’entre eux imaginent créer ou reprendre une entreprise un jour, une forme d’engagement sociétal, pour eux. Et ils voient l’entrepreneur d’abord comme un leader.

Interrogés par Opinionway dans le cadre d’une étude pour Moovjee (Mouvement pour les jeunes et étudiants entrepreneurs), près de la moitié des jeunes en lycée professionnel et étudiants français, avancent parmi les grandes caractéristiques que doit impérativement avoir un chef d’entreprise d’abord celle d’un leader (pour 49% d’entre eux, +6 points par rapport à 2017), puis, passionné (43%), prenant des risques (42%) et créatif (39%). Quant aux dimensions créative (39%) et visionnaire (31%) de l’entrepreneur, celles-ci enregistrent de légères hausses (+3 points). En termes des typologies de répondants, les jeunes femmes considèrent l’entrepreneur avant tout comme un passionné (49%, contre 37% pour les hommes) et un preneur de risques (46% contre 39% des hommes).

Séduits, mais conscients des difficultés

Autre constat de l’étude, 45% des lycéens et étudiants envisagent un jour de créer ou de reprendre une entreprise (soit 41% des femmes, contre 51% chez les hommes) et parmi ceux-ci, 46% souhaitent franchir le pas entre trois et cinq ans après la fin de leurs études. Alors que 20% envisagent cette piste professionnelle pendant leurs études ou juste après. « Depuis 2017, le taux de jeunes lycéens professionnels et d’étudiants qui projettent de créer ou de reprendre une entreprise a augmenté de 9 points ! Nous n’avions pas enregistré de telles données depuis 2009 c’est-à-dire avant la crise économique […] », se félicite Stéphane Soulaine, responsable de l’innovation marchés au CIC. Le principal atout dont pensent disposer près de la moitié des lycéens et étudiants pour créer une entreprise est celui de leur capacité de travail (49%). Viennent ensuite l’autonomie (38%, +8 points par rapport à 2017), l’enthousiasme (37%), une idée innovante (33%) et le soutien de leur entourage (31%). Quant aux principaux freins avancés, les moyens financiers (69%) ou l’expérience (48%) ressortent le plus souvent. Ceux-ci semblent assez contraignants puisque 91% des jeunes sondés jugent qu’il est difficile, voire même très difficile de créer son entreprise.

Un engagement sociétal

Pour 84% des jeunes sondés, l’entrepreneuriat est perçu comme un engagement. Pour 37% d’entre eux, l’accès à l’emploi est le principal enjeu de société, tout comme l’écologie et le réchauffement climatique (41%). D’autres enjeux impérieux sont également cités tels que l’égalité entre les hommes et les femmes (38%), l’égalité des chances (30%) ou encore le bien-être au travail.

Reprise des créations d’entreprises, en mars

Après avoir accusé une baisse de 1,3% en février, le nombre total de créations d’entreprises tous types d’entreprises confondus, enregistre une hausse de 1,3%, selon les dernières statistiques délivrées par l’Insee (en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables), soit quelque 67 100 entreprises nouvelles. Dans le détail : les créations d’entreprises classiques poursuivent leur tendance à la hausse (+2,0%, après +1,7%) et les immatriculations de micro-entrepreneurs inversent très légèrement la tendance (+0,5% après -4,4%). En glissement annuel, le nombre cumulé d’entreprises (données brutes) créées augmente très nettement pour atteindre +17,3%, après +16,9%, en février comme en janvier. Sur un an, tous les types de créations sont en hausse : les immatriculations de micro-entrepreneurs (+28,5%), les créations d’entreprises individuelles classiques (+15,5%) et, toujours dans une moindre mesure, celles de sociétés (+4,0%). Enfin, sur les trois derniers mois, le nombre cumulé d’entreprises nouvelles est également en forte hausse (+17,8%, en données brutes). Le secteur transports et entreposage est celui qui porte le plus cette dynamique, avec une contribution de 4,8 points, encore tiré par la livraison à domicile (+ 8 400 entreprises).