Les codes de la com bousculés

Léandre Leber, fondateur de Vas Y MoJo, s’appuie sur les méthodes du journalisme mobile et sur une application innovante – Pixtoo – pour proposer à sa clientèle composée de médias, TPE, PME et institutionnels du contenu percutant et ludique. Une petite révolution dans le domaine de la communication. « Grâce à nos smartphones, nous sommes […]

307

Léandre Leber, fondateur de Vas Y MoJo, s’appuie sur les méthodes du journalisme mobile et sur une application innovante – Pixtoo – pour proposer à sa clientèle composée de médias, TPE, PME et institutionnels du contenu percutant et ludique. Une petite révolution dans le domaine de la communication.

« Grâce à nos smartphones, nous sommes tous devenus des diffuseurs de contenu. » Léandre Leber en est convaincu, le secteur de la communication est en train de prendre un nouveau tournant grâce au MoJo, «journalisme mobile» en français, qui désigne le fait de créer de l’information à l’aide d’outils mobiles comme le téléphone ou la tablette. « Pour moi le journalisme de demain, c’est le MoJo. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe dans la rue, sur les réseaux sociaux… » Ce passionné de photographie et de dessin y croit d’ailleurs tellement qu’il lance, en 2017, Vas Y MoJo afin de se consacrer pleinement à cette activité après une carrière aussi riche qu’insolite, faite essentiellement « de hasards et de rencontres », dans les assurances, la location de vaisselle et la photographie, entre autres.

S’ouvrir Au Plus Grand Nombre

La société, co-fondée par Léandre Leber, Vincent Trelcat et Kaltoume Dourouri, a d’abord vu le jour pour proposer du papier augmenté, c’est à dire du contenu multi-supports, grâce à Pixtoo. En photographiant l’image d’un article papier avec son téléphone portable via cette application, le lecteur découvre un autre contenu, en ligne cette fois. « Diaporama photo, vidéo, lien classique… On peut y ajouter ce qu’on veut ! C’est un réel gain de place sur le papier et une vraie plus-value par rapport à un support unique », précise Léandre Leber. Le système a déjà séduit le conseil départemental de la Somme et l’UTC de Compiègne, qui l’utilisent pour dynamiser et enrichir leurs magazines respectifs. « Cette technique n’est pas réservée qu’aux médias, elle est d’ailleurs déclinable à l’infini. On peut tout à fait imaginer un restaurateur ajouter sur sa carte une recette ou une vidéo du chef en train de cuisiner un plat, des promoteurs immobiliers ou des commerciaux enrichir leurs plaquettes avec de la vidéo, des photos, des affiches de concert qui renverraient au site de la billetterie… », poursuit ce grand touche-à-tout, qui souhaite par ailleurs « s’ouvrir au plus grand nombre, y compris aux particuliers », en proposant notamment la possibilité d’ajouter du contenu digital à des cartons d’invitations, de remerciements etc., le tout à des prix très abordables. En plus de cette activité, Vas Y MoJo propose également du contenu plus traditionnel, toujours inspiré des techniques de journalisme mobile : vidéos et photos, produites à l’aide d’un simple téléphone et montées ensuite dans ses locaux, situés dans la pépinière Le Lab, à Amiens. La société Diruy, spécialisée dans la menuiserie, a d’ailleurs fait appel à ces services pour mettre en avant le savoir-faire de ses artisans à travers des petits films qu’elle diffusera sur ses supports de communication.