Les Hauts-de-France se maintiennent en seconde position

Business France a publié son rapport annuel en début de mois, présentant la situation de l’emploi et les investissements étrangers en Hauts-de-France. Sans surprise, la région conserve sa seconde place après l’Île-de-France en termes d’emplois maintenus ou créés par des entreprises internationales et garde une forte attractivité notamment auprès des États-Unis. La situation de l’emploi […]

Yann Pitollet, directeur général de Nord France Invest

Business France a publié son rapport annuel en début de mois, présentant la situation de l’emploi et les investissements étrangers en Hauts-de-France. Sans surprise, la région conserve sa seconde place après l’Île-de-France en termes d’emplois maintenus ou créés par des entreprises internationales et garde une forte attractivité notamment auprès des États-Unis.

La situation de l’emploi reste encourageante dans les Hauts-de-France. Talonnant l’Île-deFrance, la région figure à nouveau sur le haut du panier pour les emplois créés ou maintenus par des entreprises à capitaux étrangers. Dans l’industrie, elle prend cette fois-ci la première place. « Nous avons des atouts non négligeables : notre localisation, nos infrastructures et une main-d’œuvre disponible et qualifiée », explique Yann Pitollet, directeur général de Nord France Invest, agence de promotion économique régionale. Nombre de projets concernent la production, pour des sociétés industrielles qui exportent. « Ce qu’elles attendent de nous, c’est de leur offrir un environnement favorable en termes de sites proposés et de masse salariale. » Si la région n’a pas enregistré de croissance significative dans l’industrie, le secteur reste le premier employeur. Les investissements étrangers participent à ce maintien. « On crée plus d’emplois que l’on en détruit en Hauts-de-France. » Le secteur tertiaire est quant à lui en plein développement. Il représente 64% des emplois créés ou maintenus en 2018. Si le e-commerce fait figure de proue parmi les employeurs, la relation client attire tout autant, en témoigne l’extension de Booking.com. « On peut également parler du service aux entreprises, notamment dans la transition digitale. »

Les États-Unis investissent toujours plus

« Quand on regarde les années passées, les États-Unis sont un vrai pourvoyeur d’emplois. Ils sont positionnés sur des secteurs à fort développement tels que le e-commerce ou le digital. » Le pays se hisse sans surprise au premier rang des nations les plus présentes en Hauts-de-France, loin devant la Suisse et le Canada en termes de projets. The Coca Cola Company, Booking.com ou encore Amazon se sont notamment implantés dans la région. Près de 35% de l’emploi total créé ou maintenu en 2018 par des entreprises étrangères sont détenus par les États-Unis. « Nos grands partenaires sont les États-Unis, l’Europe et le Japon », indique Yann Pitollet. Selon lui, mis à part quelques changements d’une année à l’autre, le classement reste régulier. La Chine se fait bien discrète en 2018. Une donnée à prendre avec du recul, selon le directeur général de Nord France Invest : « Cette année, ils n’ont eu qu’une seule implantation ; les autres années, la Chine était dans le top 5. » Le pays se distingue principalement par la reprise de sociétés et, dans une moindre mesure, la création de structures à taille humaine. Enfin, malgré l’agitation médiatique qui règne autour du Brexit, la séparation, dont les modalités sont toujours aussi floues, ne semble pas provoquer d’exode parmi les entreprises britanniques vers les Hauts-de-France. « Pour l’instant nous observons des entreprises qui préparent le terrain. »