LA RÉGION SOUHAITE REDYNAMISER LES CENTRE-VILLES

Le conseil régional des Hauts-de-France a lancé une grande consultation à travers le territoire pour recueillir idées et doléances. Doullens était la dernière étape avant une restitution des travaux en janvier. « Nous ne sommes pas là pour dire ce qu’il faut faire mais vraiment pour co-construire avec vous. Ce soir nous n’annonçons rien, nous […]

619
Philippe Coy, Julie Riquier, Brigitte Waldbruger et Claude Maquet ont animé la première table ronde.

Le conseil régional des Hauts-de-France a lancé une grande consultation à travers le territoire pour recueillir idées et doléances. Doullens était la dernière étape avant une restitution des travaux en janvier.

« Nous ne sommes pas là pour dire ce qu’il faut faire mais vraiment pour co-construire avec vous. Ce soir nous n’annonçons rien, nous sommes là pour vous écouter », souligne Julie Riquier, vice-présidente de la Région en charge de la Ruralité, de la solidarité et de la famille, devant un parterre d’élus et d’acteurs locaux. À partir de ces ateliers territoriaux, la Région souhaite réaliser un premier diagnostic et apporter des réponses concrètes à des problématiques très locales. « Nous sommes en train d’écrire un appel à projets, il devrait être finalisé fin janvier. Nous ne serons pas uniquement sur une aide aux commerces, ce sera très ouvert », poursuit Julie Riquier.

FÉDÉRER LES ACTEURS

Si le programme national “action cœur de ville” vient en soutien de 23 communes de la région, les Hauts-de-France souhaitent aller au-delà de cette aide. D’où l’idée de ces ateliers territoriaux. « À Doullens nous avons créé la commission Cœur de ville. L’Objectif est que cette structure soit un guichet unique qui puisse répondre à toutes les demandes pratiques. C’est aussi un outil pour fédérer l’ensemble des acteurs pour que l’on puisse redynamiser ensemble notre centre-ville », explique Claude Maquet, en charge de ce programme. « Il faut savoir travailler ensemble », abonde Philippe Coy, président de la confédération nationale des buralistes. L’élu du sud-ouest a également évoqué l’évolution des comportements des consommateurs et le besoin pour les commerçants de s’adapter aux nouvelles pratiques. « Aujourd’hui les pauses déjeuners ne durent plus deux heures, les actifs prennent un sandwich et profitent de leur pause pour repérer. Si les boutiques sont fermées, ils vont se tourner vers Internet », lance-t-il. Outre la concurrence venue du e-commerce, l’installation des zones commerciales a été mainte fois évoquée. « Quand on enlève 400 places de stationnement en centre-ville et que dans le même temps on va créer un parking de 1 000 places gratuit au Shopping promenade, ce n’est pas admissible », se plaint un commerçant venu d’Amiens. « Il faut offrir du service, réenchanter l’expérience client, lui apporter quelque chose en plus, c’est ça qui fera la différence », répond Philippe Coy, qui déplore cependant également la multiplication des zones commerciales. « Il faut faire très attention. On nous dit qu’on va réinstaller des grandes surfaces en centre-ville pour en faire des locomotives afin de faire revenir les clients, nous nous disons oui, mais pas plus de 400 m2 » prévient Laurent Rigaud, boucher et élu de l’U2P.