LE « BIEN MANGER » FAIT AUSSI RECETTE À AMIENS

La pause-déjeuner demeure un moment privilégié pour beaucoup d’actifs, faisant du secteur de la restauration rapide un domaine florissant. Il faut désormais compter avec une offre « saine » qui séduit de plus en plus. En 2016, une étude menée dans 14 pays européens montrait que c’était en France qu’on s’accordait le plus de temps pour déjeuner. […]

949
Mari’né propose également une pause gourmande entre 9 heures et 18 heures.

La pause-déjeuner demeure un moment privilégié pour beaucoup d’actifs, faisant du secteur de la restauration rapide un domaine florissant. Il faut désormais compter avec une offre « saine » qui séduit de plus en plus.

En 2016, une étude menée dans 14 pays européens montrait que c’était en France qu’on s’accordait le plus de temps pour déjeuner. En moyenne, les actifs hexagonaux consacrent plus de 45 minutes pour se restaurer. La majorité d’entre eux (76%) choisissent d’ailleurs d’effectuer cette pause à l’extérieur. Si la boulangerie reste une valeur sûre, la restauration rapide demeure l’option favorite pour 64% des salariés déjeunant hors de leur lieu de travail. Avec un budget moyen de 15 euros par repas, ce marché représentait l’année dernière 55,6 milliards d’euros. Au milieu des burgers, sandwichs et autres formules rapides, le « manger sain » a fait une entrée fracassante dans le secteur. Au niveau national, la chaine Cojean a été la première à se lancer en 2001. Elle affiche aujourd’hui un chiffre d’affaires de 37 millions d’euros. Une goutte d’eau par rapport aux géants du fast-food qui donne cependant le ton : les Français sont de plus en plus enclins à faire attention à ce qu’ils mettent dans leur assiette, y compris pour un déjeuner sur le pouce.

À AMIENS AUSSI

Une tendance nationale que l’on voit également émerger en région. À Amiens par exemple, le centre-ville compte de plus en plus de lieux qui prônent une restauration rapide saine, concoctée à partir de produits locaux, bios et de saison. Ainsi, Miam’s, Break, The Robin Room ou encore Dasi Frères ont su en quelques années se faire une place au milieu de la restauration traditionnelle avec succès. Ouvert fin novembre, Mari’né est le dernier né de cette tendance du « bien manger ». Après une formation dans le management et un début de carrière sur Paris, Marie Trollé, 25 ans, lauréate des dernières Toques Bio, a eu envie il y a deux ans de changer de vie. « La cuisine a toujours été une passion », explique-t-elle. Après une sérieuse étude de marché et l’élaboration d’une première carte, la jeune femme, qui avait d’abord envisagé de s’installer à Glisy, jette son dévolu sur un local du centre-ville. Là, elle y propose une cuisine saine, alliant saveurs d’ailleurs et produits locaux. « Chaque mois nous mettons en avant un super aliment que l’on va retrouver dans plusieurs recettes. Mon objectif est de proposer une formule rapide de qualité dans un cadre élégant », ajoute-t-elle. Wraps, soupes, toastés végétariens ou carnés, bar à salade, jus ou smoothies, la carte Mari’né se veut éclectique et équilibrée. « En peu de temps nous avons déjà des habitués, nous faisons entre 70 et 90 couverts le midi », sourit Marie Trollé qui anime les lieux avec trois autres employés. « Pour le moment, nous avons une clientèle essentiellement féminine, active, entre 25 et 50 ans », détaille-t-elle.