L’ADIE LANCE UNE FORMATION POUR LES CRÉATEURS D’ENTREPRISES

L’antenne amiénoise de l’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie) s’apprête à lancer une formation de 35 heures facultatives pour les créateurs d’entreprises. « Nous ne sommes pas sur du cours magistral, mais bien sur de l’échange et des cas pratiques. L’idée, c’est de coller aux situations des créateurs qui assisteront à ces formations […]

820

L’antenne amiénoise de l’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie) s’apprête à lancer une formation de 35 heures facultatives pour les créateurs d’entreprises.

« Nous ne sommes pas sur du cours magistral, mais bien sur de l’échange et des cas pratiques. L’idée, c’est de coller aux situations des créateurs qui assisteront à ces formations », explique Mathieu Hénault, délégué territorial de la structure. L’association, reconnue d’utilité publique, vient au soutien des porteurs de projets qui n’ont pas accès aux crédits bancaires. En 2018, l’Adie a accompagné 400 projets au niveau régional, dont 70 dans la Somme. « C’est assez semblable à 2017. Nous sommes sur des prêts qui tournent en moyenne autour de 3 500 euros », souligne Mathieu Hénault.

RÉPONDRE AUX QUESTIONS

Si le programme « Je deviens entrepreneur » existait déjà au sein du réseau national, elle sera dispensée à l’antenne amiénoise à partir de janvier prochain. « Nous allons être sur un format de 35 heures réparties sur une semaine. L’idée est de proposer un support gratuit et certifiant au public de l’Adie », résume le délégué territorial. « Elle n’est absolument pas obligatoire et aucun financement ne sera soumis à cette formation, nous sommes vraiment là pour répondre à toutes les questions et guider au mieux les futurs entrepreneurs », poursuit-il. Faire un devis, une lettre de relance, savoir présenter son projet, réfléchir à son statut juridique… les questions abordées se veulent très pratico-pratiques afin de répondre aux besoins immédiats des participants. « Il s’agit d’échanger, de créer du lien et de faire en sorte qu’ils créent leurs entreprises dans les meilleures conditions possible », assure Mathieu Hénault qui souhaite également faire intervenir des chefs d’entreprises accompagnés par l’Adie. « Nous ne sommes pas là pour présenter de belles histoires, mais pour parler de parcours de vie et des difficultés éventuelles rencontrées ».

DES BÉNÉVOLES INVESTIS

L’Adie souhaite proposer entre cinq à six sessions par an. Toutes seront assurées par des bénévoles de l’association, chefs d’entreprises à la retraite, anciens cadres bancaires ou commerçants. « L’objectif est d’accompagner une trentaine de personnes par an, il est nécessaire d’assurer ces formations en petits groupes pour que chacun puisse s’exprimer et en retirer quelque chose », dit encore le délégué territorial. À l’issue des 35 heures, les participants passeront devant un jury pour présenter leur projet. « Il ne s’agit pas de vendre quelque chose, mais bien d’être dans le réel, d’aborder les questions auxquelles ils seront quotidiennement confrontés. »