PETITES VILLES : L’APVF LANCE SON RÉSEAU DE DGS

L’association des petites villes de France lance son réseau des Directeurs généraux des services (DGS). Une initiative destinée à mieux prendre en compte leur expertise. Mais sans les surcharger de travail… Devenir plus efficaces, sans mettre en place une structure contraignante. Le 16 octobre dernier, à Paris, l’Association des petites villes de France (APVF), a […]

3176

L’association des petites villes de France lance son réseau des Directeurs généraux des services (DGS). Une initiative destinée à mieux prendre en compte leur expertise. Mais sans les surcharger de travail…

Devenir plus efficaces, sans mettre en place une structure contraignante. Le 16 octobre dernier, à Paris, l’Association des petites villes de France (APVF), a lancé un réseau des Directeurs généraux des services (DGS). « La décision de lancer ce réseau est née d’une discussion d’élus, lors du dernier congrès. Nous avons pensé que dans le processus de prise de décision, il était utile de connaître le ressenti et de prendre en compte l’expérience de ces collaborateurs. Nous sentions qu’il manquait quelque chose. L’objectif est que DGS et élus se parlent collectivement », explique André Robert, délégué général de l’association. Le 16 octobre, 80 DGS environ étaient donc présents, choisis dans les différents départements. Ce jour là, par exemple, « Nous avons eu une présentation projet de loi de finances 2019 et de ses conséquences sur les budgets locaux. Il y a eu une intervention d’Olivier Dussopt [secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, ndlr.] et d’un DGS, Julien Farion. Nous allons faire intervenir systématiquement un DGS, dans toutes les réunions. Ils apportent un éclairage concret sur chaque décret, car ils les mettent en musique », illustre André Robert. Autre avantage, « l’association est de plus en plus sollicitée lors d’auditions par des cabinets ministériels ou au Sénat, au sujet du déroulement des carrières de fonctionnaires territoriaux. Les échanges avec les DGS nous permettront de mieux nous préparer, d’avoir des interventions plus concrètes », ajoute André Robert. Pour autant, l’association n’entend pas concurrencer les syndicats des cadres régionaux existants, ni mettre sur pied une structure chronophage. L’APVF prévoit simplement des rencontres régulières entre élus et DGS en région et, notamment, lors des Assises de l’association. Née en 1990, celle-ci, présidée par le député de Seine-Maritime, Christophe Bouillon, réunit près de 1 200 petites villes de 2 500 à 25 000 habitants.