LE GPI SOUTIENDRA L’INNOVATION AGRICOLE

Le volet agricole du Grand plan d’investissement (GPI) a été présenté à la Ferme agro-écologie 3.0, à Aizecourt-le-Haut, entre Péronne et Cambrai, le 18 octobre dernier. Le préfet de région, Michel Lalande, et le président de la Chambre régionale, Christophe Buisset, ont délivré un message aux acteurs de l’agriculture des Hauts-de-France qui s’étaient déplacés en […]

966
Un drone filmant les parties de parcelles à traiter a été présenté.

Le volet agricole du Grand plan d’investissement (GPI) a été présenté à la Ferme agro-écologie 3.0, à Aizecourt-le-Haut, entre Péronne et Cambrai, le 18 octobre dernier. Le préfet de région, Michel Lalande, et le président de la Chambre régionale, Christophe Buisset, ont délivré un message aux acteurs de l’agriculture des Hauts-de-France qui s’étaient déplacés en nombre.

Le volet agricole du Grand plan d’investissement, déployé de cette année à 2022, représente une levée de fonds de 5 milliards d’euros sur tout le territoire français. Il a pour vocation d’être l’un des principaux instruments de la transformation des secteurs de l’agriculture, de l’agroalimentaire, de la forêt et du bois, de la pêche et de l’aquaculture. Un financement qui doit en somme permettre d’accompagner les orientations stratégiques des plans de filière et la mise en œuvre de projets concrets dans les territoires. Luc Maurer, à la tête de la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture, et de la forêt (Draaf) des Hauts-de-France a insisté sur les politiques de modernisation et de soutien à la transition des exploitations : « Nous sommes confrontés à des défis de plus en plus nombreux, mais nous avons la chance de vivre une double révolution avec le déploiement des nouvelles technologies numériques et l’évolution des systèmes de culture, intégrant des fonctionnalités agro-écologiques. » Depuis quatre ans, la Draaf et ses partenaires (EuraTechnologies à Lille, l’Agrilab UniLasalle à Beauvais et quelques start-up) testent ces innovations au quotidien sur les 300 hectares de la ferme de Jean-Marie Deleau, où tous s’étaient réunis ce jour-là. Le lieu est devenu un « living lab » qui a enregistré des résultats avec des gains significatifs vis-à-vis de l’environnement et notamment dans la baisse des produits phytosanitaires.

AGRICULTURE ET INNOVATION

Olivier Allain, ambassadeur de la déclinaison territoriale du GPI, agriculteur et éleveur en Bretagne, a exposé les trois axes du volet agricole. « Les travaux conduits dans le cadre des États généraux de l’Alimentation du deuxième semestre 2017 ont mis en avant la nécessité pour l’agriculteur d’être au cœur de l’innovation et de faire coexister les logiques de filières et celles des territoires. Tous ces secteurs sont pourvoyeurs d’emplois et d’activités économiques. Il faut accélérer l’adaptation des outils et le changement des pratiques, pour avoir une réponse au changement climatique. » Les moyens financiers sont différents en fonction des régions, mais l’État sera très vigilant quant à la répartition des aides. Le soutien aux investissements, en aidant les agriculteurs à obtenir des prêts, a conduit à la création d’un fonds de garantie avec des taux très bas, sans frais de dossier et sans caution. Le temps d’obtention sera celui d’un crédit classique. Sa mise en œuvre démarrera début 2019 et créera un appel d’air pour les jeunes agriculteurs qui s’installent. Le directeur régional de BPIfrance Hauts-de-France, Bertrand Fontaine, a rappelé les actions de sa direction en partenariat avec l’Ademe : « Nous allons aider à financer des projets. Ces prêts seront sur 15 ans et auront vocation à être rentables. La filière agricole a du mal à embaucher des jeunes. La digitalisation croissante devrait les attirer. » Le plan prévoit des actions de soutien aux investissements en forêt, et à la méthanisation agricole. Cette dernière présente un double avantage pour l’agriculteur : il vend une énergie à un tarif réglementé avec un contrat de 15 ans et produit un digestat dont la valorisation sur ses terres permet de diminuer l’utilisation des engrais de synthèse. La région comptabilise ainsi 90 projets de méthanisation.

L’ENJEU DE LA RÉPARTITION DES EAUX

Denis Chéreau, président d’Improve a présenté les innovations de la filière protéines : « C’est un enjeu majeur, car c’est la principale nourriture des animaux. Nous avons dans notre région les ingrédients pour les produire. Nous fournissons 65% de la production française, notamment avec Dubrulle qui fait du tri de légumes à très haut débit, Roquette, leader mondial dans la production de l’amidon, Téréos, sucrier français de dimension internationale… et bien d’autres en font partie. Il faut produire plus de légumineuses, de luzerne et d’oléagineux. » Un agriculteur sur quatre cultive la pomme de terre dans la région. Ce qui fait des Haut-de-France la première région productrice de l’Hexagone, elle même première exportatrice mondiale. La gestion de l’eau, indispensable à cette culture, a été présentée avec le projet IS’eau. L’ambition est d’organiser l’équilibre des besoins irriguants dans le département. Douze agriculteurs ont déjà créé quatre captages dans l’Aisne car les nappes ont beaucoup de disparité en fonction du territoire. Les Assises régionales de l’eau auront lieu à Lille en décembre prochain en présence du préfet de région, elles définiront les projets de captage dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais où le besoin se fait aussi ressentir. Luc Maurer, Christophe Buisset, président de la Chambre régionale d’agriculture, ont conclu la journée en insistant sur le bien-être moral des agriculteurs, et l’enjeu majeur de ce secteur. « Il faut penser beaucoup plus aux problématiques humaines, nous allons être encore plus à l’écoute. Notre région a beaucoup d’atouts pour se développer. Nous avons 80 millions de consommateurs autour de notre région, étant donné notre position géographique. Nous devons nous moderniser et c’est ensemble, avec l’État, la Région et les collectivités que nous y arriverons. »