L’APPEL À PROJETS ATEC EST LANCÉ

La Direccte et la CCI Littoral ont organisé une réunion d’information sur le lancement de l’appel à projets Action territoriale emploi et compétences (Atec) Littoral Hauts-de-France à la pépinière des Énergies renouvelables à OustMarest. Présentation et exemples de projets accompagnés. Afin de répondre aux enjeux de compétitivité et d’anticipation des mutations économiques, l’État – à […]

915
Yves Ruellan (au micro) et Xavier Strebelle.

La Direccte et la CCI Littoral ont organisé une réunion d’information sur le lancement de l’appel à projets Action territoriale emploi et compétences (Atec) Littoral Hauts-de-France à la pépinière des Énergies renouvelables à OustMarest. Présentation et exemples de projets accompagnés.

Afin de répondre aux enjeux de compétitivité et d’anticipation des mutations économiques, l’État – à travers la Direccte Hauts-de-France – s’engage, en mettant à disposition des moyens financiers pour dynamiser différents secteurs d’activités sur le territoire Littoral Hauts-de-France. L’Atec va financer, via un fonds d’intervention jouant un rôle d’effet levier, des actions liées aux mutations économiques.

OPÉRATION INNOVANTE

Le fonds sera mobilisé au travers d’appels à projets. L’Atec du Littoral Hauts-de-France a pour finalité d’accompagner des projets d’actions des acteurs territoriaux visant à anticiper les impacts sur l’emploi et les qualifications de la transformation de l’économie. Les bassins d’emploi d’Abbeville, du Vimeu, de la Vallée de la Bresle, du Montreuillois, du Boulonnais, du Calaisis et du Dunkerquois ont été retenus pour mener cette opération innovante en termes de soutien aux compétences aux entreprises. Une priorité est donnée aux actions portées sur les territoires de la Somme et de la vallée de la Bresle. Membre titulaire de la CCI littoral Hauts de France, Yves Ruellan a évoqué toutes les spécificités économiques du secteur comme la serrurerie et la robinetterie dans le Vimeu : « Le monde entier nous connaît et nous envie », a-t-il souligné, tout en regrettant vivement la baisse des crédits alloués par l’État, les 30% de salariés qui allaient perdre leurs emplois et en espérant pouvoir continuer à organiser des animations dans les territoires. Les objectifs de l’Atec sont de développer et d’adapter les compétences des dirigeants et des salariés des entreprises aux besoins et enjeux du territoire identifiés dans son cadre, de sécuriser les parcours et le maintien dans l’emploi des salariés dans un contexte d’évolution permanent et de favoriser les mobilités interentreprises et intersectorielles en fonction des compétences transférables.

PROJETS ACCOMPAGNÉS

Pour exemples, Le Greta Grand Littoral à Saint-Omer a proposé une formation aux professionnels de l’électricité pour assurer le déploiement de la fibre optique. Dans le Nord et dans le Pas-de-Calais, pas moins de 57 exploitants agricoles qui dirigent 48 exploitations sont accompagnés par la chambre d’agriculture pour favoriser la transmission-installation des exploitations. L’Atec a accordé 52 000 euros à cette action qui se termine à la fin de l’année. Le taux moyen d’aide est de 40%. Le taux cible d’intervention de l’État est de 30%. Il pourra monter au maximum à 50% avec possibilités d’autres cofinancements publics. Les projets sont reçus jusqu’au 31 décembre 2019. Un premier comité de sélection se réunira début 2019. Il sera composé de la CCI, de la Direccte et du conseil régional. La CCI littoral Hauts-de-France assure le conventionnement et l’accompagnement des porteurs de projets. La Direccte anime le dispositif. La région est invitée à participer aux décisions du comité de sélection. Les critères d’évaluation reposent notamment sur le nombre d’emplois et/ ou entreprises impliqués dans les actions, les métiers en tension sont favorisés ainsi que le nombre d’emplois pérennisés, la capacité du projet à favoriser les mobilités interprofesionnelles, la nature et la qualité des formations et enfin le caractère interbassin du projet. Le comité de suivi s’assurera du bon déroulement des actions une fois par trimestre. Le bilan des actions sera dressé avant le 31 décembre 2020.

CONVENTION

La convention signée entre la CCI et la Direccte porte sur un montant de 234 000 euros. Les thématiques ciblées sont l’industrie, la transition énergétique avec pour objectif toute initiative ou action amenant les salariés d’un ou plusieurs secteurs d’activités à appréhender et à innover autour de cet enjeu, l’hôtellerie et la restauration (pour permettre aux professionnels du tourisme de s’adapter aux évolution comme avec la maîtrise des langues étrangères, l’appropriation des nouvelles technologies liées au numérique ou le développement du management participatif) et l’agriculture. Les attentes vis à vis des porteurs sont claires : travail sur des projets interbassins, implication direct des entreprises et des salariés concernés, appui sur une équipe interinstitutionnelle au service des entreprises et de ses salariés, recherche de cofinancements. Les actions territoriales, intersectorielles, partenariales, rassemblant des acteurs de l’emploi et des acteurs économiques seront privilégiés. Enfin, ce fonds ne se substituera pas aux moyens de droit commun qui pourraient être utilisés pour la mise en œuvre des actions. Il n’interviendra qu’en complémentarité là où le droit commun ne peut intervenir. Xavier Strebelle, le chef du service mutations de l’économie à la Direccte Hauts de France s’est félicité de « la qualité et de l’efficacité de ce partenariat avec les CCI ».