INNOVAFEED RENFORCE SON ANCRAGE DANS LES HAUTS-DE-FRANCE

La société de biotechnologie produit une nouvelle source de protéines d’insectes d’élevage. Elle implante à Nesle sa prochaine unité de production de protéine d’insectes en partenariat avec Téréos. Une première mondiale, par son ambition et son modèle. Les larves des Hermetia illucens, mouches originaires d’Amérique du sud, destinées à l’alimentation animale et plus particulièrement à […]

963
Clément Ray, président et co-fondateur d’InnovaFeed.

La société de biotechnologie produit une nouvelle source de protéines d’insectes d’élevage. Elle implante à Nesle sa prochaine unité de production de protéine d’insectes en partenariat avec Téréos. Une première mondiale, par son ambition et son modèle.

Les larves des Hermetia illucens, mouches originaires d’Amérique du sud, destinées à l’alimentation animale et plus particulièrement à l’aquaculture (surtout truites et saumons) valoriseront les coproduits de l’amidonnerie. Cela répond aux besoins croissants de la nutrition animale, sachant que les besoins en protéines animales vont doubler d’ici 2050 dans le monde. Aujourd’hui, les aliments pour poissons d’élevage contiennent des protéines de farine de poissons sauvages. Cette pêche intensive menace ces derniers et a un impact négatif et irréversible sur l’environnement. La pisciculture est l’un des secteurs plus dynamiques de l’industrie alimentaire, avec une croissance annuelle de 10%. Grâce à son usine de production située à Gouzeaucourt dans le Nord de la France, InnovaFeed a la plus grande capacité de production de repas d’insectes en Europe. Ces produits ne génèrent pas de déchets.

FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL

Clément Ray, président et co-fondateur avec Bastien Oggeri de l’entreprise en 2017, a précisé : « Les déchets organiques seront utilisés comme amendement naturel pour l’agriculture biolocale, le nouveau site de Nesle aura une capacité dix fois supérieure à celle de notre premier site de production du Nord. Cette protéine est une solution durable qui va supplanter les tourteaux de soja que l’Europe importe à 70%. Les larves de mouches se renouvellent en une semaine. » Cela va se concrétiser par la création de 110 emplois directs, dès 2020. Des ingénieurs, des techniciens et des opérateurs seront recrutés à partir du second trimestre 2019. En effet, InnovaFeed débutera son activité au dernier trimestre 2019, pour le marché français, européen puis dans le monde entier. Xavier Bertrand, président de la région, a soutenu ce projet par une avance remboursable d’1,4 million d’euros, se réjouissant des nouveaux projets qui prennent corps sur le territoire de Nesle : « Avec le canal SNE, on passera la surmultipliée ! » Pour Stéphane Demilly, député de la circonscription : « Le vent de l’enthousiasme souffle sur l’Est de la Somme. » André Salomé, président de la communauté de communes de l’Est de la Somme a rappelé l’arrivée de trois entreprises à Nesle : Spurgin Leonhard en 2017, InnovaFeed en 2018 et Digay en 2019 : « L’économie circulaire est très importante pour nos territoires, et l’Est de la Somme attire les investisseurs dans le domaine agroalimentaire et agroindustriel. Je rappelle que les collectivités aussi, comme le département à hauteur de 2 millions d’euros, la région, et bien sûr l’État. »