UN ÉTÉ TOURISTIQUE 2018 PROMETTEUR

Après un printemps au cours duquel l’activité touristique a souffert de la météo et des grèves, la saison estivale s’annonce bien et les professionnels sont optimistes, d’après la récente enquête de conjoncture d’Atout France. C’est peu dire que cela n’avait pas bien commencé : ce printemps, le soleil n’était pas au rendez-vous, contrairement aux grèves […]

1253
Les destinations urbaines devraient bénéficier de la fréquentation des clientèles nationale et internationale.

Après un printemps au cours duquel l’activité touristique a souffert de la météo et des grèves, la saison estivale s’annonce bien et les professionnels sont optimistes, d’après la récente enquête de conjoncture d’Atout France.

C’est peu dire que cela n’avait pas bien commencé : ce printemps, le soleil n’était pas au rendez-vous, contrairement aux grèves dans les transports, à la SNCF et chez Air France, bridant les projets des touristes. Mais l’été devrait les voir revenir. C’est en tout cas la perception des professionnels du tourisme, sondés par Atout France, l’organisme chargé de la promotion du tourisme français. Lequel a publié, le 5 juillet, son Enquête nationale de conjoncture touristique, réalisée en juin, auprès des Comités départementaux du tourisme (CDT) et des Agences de développement touristiques départementales (ADT), ainsi qu’auprès d’un échantillon d’offices de tourisme. Au global, donc, les professionnels jugent le début de saison « mitigé ». Il faut dire que la météo a été particulièrement défavorable, avec, au mieux, un soleil qui a brillé moins que d’habitude dans la partie méridionale du pays, et au pire, notamment, dans le quart sud-est du territoire, des pluies, des orages et inondations. Mais toutes les clientèles n’ont pas réagi de la même manière : c’est surtout la clientèle française qui s’est fait attendre, d’après les professionnels. En revanche, les étrangers ne se sont apparemment pas laissés décourager par ces aléas et a soutenu la fréquentation touristique printanière. Mais en fonction des destinations, tous les professionnels du tourisme n’ont pas perçu l’évolution de la clientèle de la même manière. Ainsi, à Paris et dans les destinations urbaines et montagnardes, la clientèle française est restée stable. A contrario, elle a été ressentie comme en recul à la campagne et sur le littoral, tout particulièrement dans le Sud-Ouest et le Centre-Ouest du pays. Le calendrier, pourtant extrêmement propice aux petits séjours en raison des multiples ponts du mois de mai, n’y a rien fait. Au moins pour partie, d’après Atout France, la météo et les difficultés à se déplacer ont découragé les vacanciers. En revanche, côté clientèle internationale, « les indicateurs de ce printemps sont encourageants avec une hausse de 2,5% des arrivées aériennes internationales, et une progression de la fréquentation significative à Paris et en région parisienne », explique Atout France, dans son communiqué.

LA MER, PLUTÔT QUE LA MONTAGNE

Ces visiteurs internationaux sont avant tout européens : au global, en tête, viennent d’abord les Britanniques, suivis des Belges et des Néerlandais. Mais si la fréquentation de ces deux derniers reste stable, celle des Allemands et des Espagnols est en augmentation. À Paris, ce sont les Américains qui, comme en 2017, occupent la première place du podium suivis par les Britanniques. Les Chinois, eux, conservent leur place de troisième clientèle étrangère de l’agglomération parisienne. Par secteur, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne : ainsi, ce printemps, pour l’hébergement, les hôtels et l’hébergement collaboratif affichent une fréquentation en hausse, quand celle des résidences et chambres d’hôtes reste stable. Mais l’hôtellerie de plein air, touchée par les conditions météorologiques, subit un recul d’activité. Même césure concernant les loisirs pratiqués par les touristes. Les activités culturelles, comme les visites de musées, affichent une stabilité par rapport à 2017, alors que les parcs de loisirs et les activités de pleine nature accusent une baisse de fréquentation. Avec eux, les commerces soulignent un fléchissement de la consommation. En dépit de ce printemps peu enthousiasmant, « les prévisions de fréquentation pour juillet et août sont positives, grâce à un maintien de la hausse de la clientèle internationale, et une clientèle française plus nombreuse, en août », poursuit le rapport. Pour l’essentiel, c’est Paris et les destinations urbaines qui devraient bénéficier de la fréquentation des clientèles nationale et internationale. Sur le reste du territoire, le nombre de touristes devrait connaître une légère érosion à la montagne, rester relativement stable à la campagne, et progresser légèrement sur le littoral. C’est en tout cas ce que laissent présager les taux de réservation pour les deux mois d’été. Ils sont même en hausse dans l’hôtellerie, principale forme d’hébergement à bénéficier de la tendance. « Les professionnels du tourisme sont optimistes », d’après Atout France.