LES CADRES DE PLUS EN PLUS RECRUTÉS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Bien que la majorité des personnes soient embauchées suite à la publication d’une offre d’emploi, la moitié des recruteurs utilisent dorénavant les sites de réseaux sociaux pour trouver le candidat idéal, selon une récente étude de l’Apec. Examen de candidatures spontanées, utilisation du réseau de contacts du recruteur, des réseaux sociaux et de la cooptation […]

1289

Bien que la majorité des personnes soient embauchées suite à la publication d’une offre d’emploi, la moitié des recruteurs utilisent dorénavant les sites de réseaux sociaux pour trouver le candidat idéal, selon une récente étude de l’Apec.

Examen de candidatures spontanées, utilisation du réseau de contacts du recruteur, des réseaux sociaux et de la cooptation des salariés… En 2017, les recruteurs ont en moyenne utilisé cinq canaux différents dans leur quête de candidatures, révèle l’Association pour l’emploi des cadres (Apec) dans sa dernière enquête Sourcing-cadres, diffusée début juin. Mais le moyen de sourcing (processus d’identification des candidats) le plus utilisé reste la publication d’une offre d’emploi. L’année dernière, 88% des recruteurs en avaient publié une lors de leur dernier recrutement, lorsqu’ils ont été contactés par l’Apec. Cette méthode est quasiment incontournable dans les entreprises de 1 000 employés et plus. Les offres d’emplois sont très souvent publiées sur des sites externes à l’entreprise, et à moindre échelle, sur celui de l’entreprise. « Comme l’année précédente, l’offre d’emploi est le moyen le plus efficace pour recruter un cadre quelle que soit la taille de l’entreprise », rappelle le rapport de l’Apec. Ainsi, lorsqu’une offre est publiée, elle permet l’embauche dans 54% des cas. Si ce rendement tend à diminuer, il reste toujours devant l’utilisation du réseau de recruteurs et l’approche directe du candidat, qui ne sont efficaces que dans un quart des cas. La publication d’une offre d’emplois apparaît d’ailleurs comme étant le moyen de sourcing le plus pertinent aux yeux des recruteurs. Les petites entreprises retiennent davantage les candidatures spontanées (64%).

CROISSANCE DES RÉSEAUX SOCIAUX

L’édition 2018 de l’enquête de l’Apec révèle la montée en puissance de l’utilisation des sites de réseaux sociaux par les recruteurs. Outre les réseaux professionnels, tels que Linkedin ou Viadeo, ils utilisent également Facebook et Twitter. En 2017, près de la moitié d’entre eux ont utilisé ces sites de réseaux afin d’obtenir des candidatures, lors de leur dernier recrutement au moment de l’enquête Apec, soit une progression de 13 points par rapport à l’année précédente (36%) et quatre fois plus qu’en 2008. Certains sites proposent d’ailleurs des fonctionnalités destinées à faciliter le travail des recruteurs, telles que la gestion des CV, le suivi des projets de recrutement ou la diffusion d’annonces. Ce canal de sourcing tend à se démocratiser et à être utilisé par tous types d’entreprises, peu importe la taille, précise l’Apec.

PRÉSÉLECTION TÉLÉPHONIQUE

Après avoir postulé, les candidats sont de plus en plus souvent contactés par téléphone (+8 points par rapport à 2016). En moyenne, six entreprises sur dix procèdent à une présélection téléphonique avant de convoquer les candidats à un entretien. La forte hausse du nombre d’entreprises ayant recours à ce moyen s’explique par l’utilisation croissante des réseaux sociaux. Les recruteurs ignorent en effet si la personne contactée est intéressée par une éventuelle mobilité professionnelle. Ce contact téléphonique a plusieurs objectifs : il peut servir à vérifier des informations relatives aux candidats, sinon, faire office de véritable entretien d’embauche. Parfois, ce contact prend la forme d’une visioconférence (11% des entreprises). Au cours du recrutement, qu’il soit effectué directement par l’entreprise ou via un cabinet spécialisé, dans 87% des cas, « les diplômes des candidats sont demandés, leur authenticité vérifiée et/ ou leurs références contrôlées », rapporte l’Apec. Toutefois, près de quatre candidats sur dix étaient déjà connus en amont, ou recommandés par un tiers, rappelant ainsi l’importance de se construire un réseau de relations professionnelles, et de l’entretenir.