LANCEMENT RÉGIONAL DE LA CHARTE QUALITÉ

Si le label Charte qualité a déjà été mis en place dans d’autres régions par les Chambres de métiers et de l’artisanat, il a été lancé officiellement dans les Hauts-de-France cette année. Objectif affiché : valoriser le savoir-faire artisanal, pour assurer la pérennité et le développement des entreprises. Notre souhait, c’est que les entreprises de […]

Si le label Charte qualité a déjà été mis en place dans d’autres régions par les Chambres de métiers et de l’artisanat, il a été lancé officiellement dans les Hauts-de-France cette année. Objectif affiché : valoriser le savoir-faire artisanal, pour assurer la pérennité et le développement des entreprises.

Notre souhait, c’est que les entreprises de tout secteur artisanal, quels que soient sa taille ou son statut juridique, adhèrent à la Charte », explique Frédéric Sourbet, chargé de mission à la Chambre de métiers et de l’artisanat Hauts-de-France. Pour être labellisé, le principe est simple : un audit complet de l’entreprise est réalisé, avec pour but d’aider le chef d’entreprise à « s’inscrire dans une démarche constante d’amélioration de son image, d’optimisation de sa rentabilité et de lui offrir la possibilité de se démarquer de la concurrence ». Pour le chargé de mission, c’est certain : « Les artisans y trouvent un réel intérêt, et sont satisfaits de cette démarche, nous ne faisons pas de forcing pour qu’ils adhèrent à la Charte, ils le font de façon spontanée. »

Une démarche initiée depuis 2015 en Picardie (près de 300 entreprises sont déjà chartées) étendue donc à l’ensemble de la région et qui implique également les clients – rassurés sur la qualité des services proposés – et les collectivités locales et territoriales qui peuvent ainsi mieux identifier les entreprises dynamiques de la région.

TROIS NIVEAUX

Et pour ne pas tomber dans les travers de la labellisation – peu d’évolution au fil des années -, la Chambre de métiers et de l’artisanat a souhaité initier via cette Charte une démarche de progrès, en la décomposant en trois niveaux. Le premier baptisé « Confiance » – gratuit – est axé sur la qualité du service délivré, avec un travail mené sur la personnalisation de l’accueil, sur la création d’une relation de confiance basée sur l’écoute, la disponibilité et des conseils individualisés. Le second niveau – « Performance », gratuit lui aussi, s’attache lui à la « mise en œuvre d’un management dit maîtrisé », afin de favoriser la transmission du savoir-faire via la formation et la qualification professionnelle des collaborateurs.

Une attention particulière doit également être portée par l’artisan sur la qualité des produits et prestations qu’il propose, en adoptant entre autres une attitude éco-responsable. Troisième et dernier niveau : « Excellence » (l’obtention du label nécessite une contribution financière de 250 euros de la part de l’entreprise, une partie du coût étant pris en charge par la Région et le conseil départemental de l’Oise), qui s’adresse lui à des entreprises pérennes ayant pour ambition d’intégrer dans leur fonctionnement les trois dimensions du développement durable, à savoir l’efficacité économique, l’équité sociale et la préservation de l’environnement. « L’intégration de facteurs d’innovation dans l’ensemble des process est également encouragée », complète Frédéric Sourbet. Si les audits sont assurés par la Chambre de métiers pour les deux premiers niveaux, elle fait un appel à un cabinet spécialisé pour l’obtention du label Charte qualité « Excellence ». Pour que les entreprises puissent décrocher le précieux label, l’audit initial doit établir une note égale ou supérieure à 75%, et égale ou supérieure à 80% en ce qui concerne l’audit de suivi. La Chambre de métiers et de l’artisanat table sur 150 audits à réaliser sur l’ensemble du territoire régional pour les deux premiers niveaux (30 dans chaque département picard et 60 pour le Nord-Pas-de-Calais), et douze audits sur le niveau « Excellence » – deux dans l’Aisne, l’Oise et la Somme et six pour le Nord-Pas-de-Calais. L’attestation de la Charte est valable un an, et deux ans à compter de la troisième année consécutive dans le même module.