À LA BONNE HERBE, DES PLANTES POUR VOS ASSIETTES

En bordure de la baie de Somme, à Ponthoile, Julie Brodar cultive des plantes aromatiques destinées aux restaurateurs. Les curieux peuvent également aller à sa rencontre pour découvrir les plantes comestibles sauvages. À seulement 29 ans, Julie Brodar a déjà mené plusieurs vies. Après avoir étudié pendant trois années dans une école de commerce, elle […]

661

En bordure de la baie de Somme, à Ponthoile, Julie Brodar cultive des plantes aromatiques destinées aux restaurateurs. Les curieux peuvent également aller à sa rencontre pour découvrir les plantes comestibles sauvages.

À seulement 29 ans, Julie Brodar a déjà mené plusieurs vies. Après avoir étudié pendant trois années dans une école de commerce, elle bifurque vers un master du spectacle. Elle travaillera quatre années dans l’administration du spectacle vivant. Après cette expérience enrichissante, Julie Brodar suit une formation en ethnobotanique, qui s’étale sur trois années, à raison d’un week-end de cours par mois et de deux mois de stage. « Je commençais à m’ennuyer dans mon activité. Et qui dit administration dit bureau. C’est pourquoi j’ai ressenti un besoin de plus en plus fort de me relier à la terre. Et j’avais envie d’apprendre de nouvelles choses », justifie Julie Brodar. Situé dans le Rhône, à Brindas, le collège Pratique d’ethnobotanique accueille une vingtaine d’apprenants par session, et forme également des cuisiniers souhaitant acquérir des connaissances sur les plantes sauvages. En parallèle, Julie Brodar crée son entreprise, À la bonne herbe. Elle intègre en 2015 la couveuse de BGE Picardie, puis se lance en mai 2017. « Depuis la création, l’activité se développe doucement, comme je l’avais prévu. C’est une activité qui suit le rythme des plantes », affirme la cultivatrice.

DES PLANTES POUR LES RESTAURATEURS

L’activité principale de Julie Brodar est la culture et la vente de plantes aromatiques pour la restauration. Les clients se situent principalement dans la Somme. « Je suis membre de l’association Baie de Somme-Zéro Carbone, qui agit pour développer un écotourisme responsable. Parmi les membres, il y a de nombreux restaurateurs locaux qui sont aussi des clients », précise Julie Brodar. Chaque lundi, la cultivatrice envoie à ses clients la liste des plantes disponibles, avec les détails sur leurs saveurs, ainsi que des suggestions d’utilisations culinaires. Elle organise également des visites pédagogiques sur son exploitation, ou dans la nature pour cueillir des plantes sauvages. L’occasion d’en découvrir les vertus et les saveurs. Pour les groupes d’une quinzaine de personnes, elle propose une formule en partenariat avec le traiteur La nature a du goût, qui comprend une promenade à la découverte des plantes sauvages, accompagné d’un repas préparé avec des plantes dans un food truck.