MONTIÈRES PRÉPARE L’AVENIR

Le concours européen Europan 14 s’est intéressé à la zone d’activités amiénoise. Les trois lauréats vont à présent travailler ensemble pour imaginer l’avenir du site de 300 hectares. Le concours européen Europan 14 s’intéressait cette année à la ville productive. La zone de Montières, qui va des anciens abattoirs à la station d’épuration, faisait partie […]

650

Le concours européen Europan 14 s’est intéressé à la zone d’activités amiénoise. Les trois lauréats vont à présent travailler ensemble pour imaginer l’avenir du site de 300 hectares.

Le concours européen Europan 14 s’intéressait cette année à la ville productive. La zone de Montières, qui va des anciens abattoirs à la station d’épuration, faisait partie des 43 sites européens – dont douze français – proposés aux regards d’architectes de moins de 40 ans. Amiens avait déjà participé à Europan 2 en 1991 avec le quartier Saint-Maurice. L’École supérieure d’art et de design (Esad) et l’UFR des arts avaient été imaginés à cette occasion. « Tout commence par le choix du site. Il se trouve que Montières a tout de suite intéressé le jury Europan qui rassemble des experts de la question urbaine. À partir de là, nous avons constitué un dossier pour pré- senter le site, les enjeux, les différents acteurs », raconte Vincent Massart, chargé d’études au sein de l’Atelier urbanisme, architecture et paysage d’Amiens Métropole. En mars 2017 tous les candidats intéressés par l’endroit se sont rendus sur place pour aller au-delà du dossier papier remis. Quatre mois plus tard, 29 propositions ont été reçues, ce qui a fait de Montières l’un des sites les plus plébiscités d’Europan 14. L’objectif de la ville à travers ce concours était de transformer la plus vieille zone d’activités amiénoise, où figure par exemple l’ex-site Cosserat, en un véritable quartier de la cité en y incluant de l’habitat, des commerces, des activités culturelles et non plus uniquement de l’activité industrielle. « Nous avons fait notre propre analyse des réponses avant de regarder la sélection opérée par le jury Europan qui reste souverain. Nous avions trois projets en commun », poursuit Vincent Massart. Après un deuxième forum rassemblant les villes participantes et le jury en octobre 2017 qui a permis d’avoir un regard global sur les réponses architecturales apportées, les lauréats ont été dévoilés le 1er décembre dernier. Cultivating the city, Les rives éveillées et Sédimontières ont su séduire les professionnels d’Europan mais aussi les élus d’Amiens et de la Métropole. « Ce sont les trois projets que nous avions en commun qui ont retenu l’attention du jury Europan. Ils sont tous différents mais très complémentaires. Le premier, porté par des paysagistes, revient aux sources du territoire en utilisant la terre comme fil conducteur », explique Vincent Massart.

LA SUITE

Mi-avril, l’ensemble des lauréats ont rencontré les élus de la Métropole mais aussi les acteurs présents à Montières et les habitants. « Le workshop était une prise de contact où l’on a pu à la fois faire une mise en commun des projets, avoir une première réunion technique mais aussi effectuer une balade urbaine », dit encore Vincent Massart. Les partenariats avec les acteurs privés doivent se multiplier pour ce programme pharaonique qui doit reconnecter Montières avec le reste d’Amiens. « Nous sommes sur le long terme, aujourd’hui l’enjeu est de construire un projet cohérent avec les trois équipes », ajoute le chargé d’études.