LA RÉGION DÉDIE UN MOIS À L’EUROPE

La cinquième édition du Joli mois de l’Europe vient d’ouvrir dans la région. À travers 130 manifestations grand public, les citoyens sont invités à célébrer la contribution de l’Europe dans l’économie des Hauts-de-France. Le 9 mai était célébrée la journée l’Europe. Les Hauts-de-France ont décidé de fêter l’anniversaire de la déclaration de Schuman (il y […]

838

La cinquième édition du Joli mois de l’Europe vient d’ouvrir dans la région. À travers 130 manifestations grand public, les citoyens sont invités à célébrer la contribution de l’Europe dans l’économie des Hauts-de-France.

Le 9 mai était célébrée la journée l’Europe. Les Hauts-de-France ont décidé de fêter l’anniversaire de la déclaration de Schuman (il y a 68 ans), pendant un mois entier. Organisé depuis 2013 dans le Nord et le Pas-de-Calais, le Joli mois de l’Europe a été étendu à l’ensemble des Hauts-de-France en 2016. Son objectif : faire valoir les actions de l’Europe dans la région, via 130 événements accessibles au grand public (portes ouvertes, conférences, vidéos mapping, visites guidées…).

1,7 MILLIARD D’EUROS ALLOUÉ

Pour une période de 2014 à 2020, 1,7 milliard d’euros a été alloué à la région Hauts-deFrance. Les divers fonds européens (voir encadré) viennent compléter les financements nationaux et régionaux pour mener à bien des projets portés par des entreprises, des associations, des collectivités, ou encore des organismes de formation. « Le soutien de l’Europe rend notre région plus attractive et permet aussi de rattraper notre retard. Nos indicateurs économiques et sociaux sont moins bons que dans les autres régions françaises. L’Europe le prend en compte. Elle nous permet enfin de rentrer dans la modernité avec le financement de pôles d’excellence », rend grâce Elizabeth Boulet, conseillère régionale Hauts-de-France déléguée aux Fonds européens.

DEMANDER UNE SUBVENTION

Chaque année des milliers de projets voient le jour grâce au cofinancement de l’Europe. Portés par des structures publiques ou privées, ces projets s’inscrivent dans des domaines variés tels que la formation, la santé, la recherche ou encore l’agriculture. Pour demander une subvention, le porteur de projet doit d’abord s’assurer que son idée est en adéquation avec le programme européen et la stratégie régionale. Cette dernière répond aux points suivants : environnement et efficacité énergétique, services à la population, innovation et compétitivité des entreprises, usages et services numériques, formation et emploi (en particulier des jeunes) et insertion sociale. La décision d’attribution est ensuite rendue par la Région. L’année dernière, l’association picarde Vie et Paysage de Château-Thierry a été soutenue par le Fonds social européen (FSE) à hauteur de 15 000 euros. Son projet, le « Gourmet bag », a été expérimenté en 2017 dans une vingtaine de restaurants de l’Aisne. Le principe : mettre à disposition des restaurateurs des boîtes anti-gaspillage gratuites. Le client peut ainsi repartir avec le reste de son assiette. Une pratique encore peu courante en France, mais qui a eu un véritable succès dans le dé- partement. En huit mois, 540 kilos de déchets ont été évités en remplissant plus de 4 600 boîtes. Depuis, l’association a été contactée par les agglomérations de Saint-Quentin et de Soissons. Et pour cause : le Soissonnais est labellisé « Zéro déchet, Zéro gaspillage ». Sur la période 2007-2013, 20 000 projets ont été réalisés. Plus de 1,5 milliard d’euros a ainsi été investi dans la région. Pour la période 2017-2020, l’enveloppe totale pour la France s’élève à 26,7 milliards d’euros. 1,7 milliard est réservé aux Hauts-de-France. Soit une augmentation de 13% par rapport à 2007-2013, ce qui en fait la plus grosse enveloppe des fonds européens gérée en France métropolitaine.