LOGEMENTS, QUELQUES REPÈRES

En région, 4,2% des acheteurs de logements anciens sont étrangers. Depuis 2015, sur le marché de l’ancien, les ventes de résidences principales ou secondaires aux étrangers non-résidents repartent à la hausse, selon une étude des notaires, publiée fin 2017 et consacrée à leurs acquisitions dans l’Hexagone, sur une décennie (de 2006 à 2016). La part […]

1349

En région, 4,2% des acheteurs de logements anciens sont étrangers.

Depuis 2015, sur le marché de l’ancien, les ventes de résidences principales ou secondaires aux étrangers non-résidents repartent à la hausse, selon une étude des notaires, publiée fin 2017 et consacrée à leurs acquisitions dans l’Hexagone, sur une décennie (de 2006 à 2016). La part des acquéreurs étrangers non-résidents a connu une hausse de 1,9% pour 2016. Les régions du Centre-Ouest et du Sud-Ouest sont les plus appréciées, au même titre que les Alpes, les Alpes-Maritimes et la Côte d’Azur.

BON CRU POUR LE BÂTIMENT

Avec une acquisition sur trois en 2016, les Britanniques restent en tête des étrangers acquéreurs de biens immobiliers anciens. Pourtant leur part diminue, contrairement à celle des Belges, qui représente 15% des acquéreurs étrangers non-résidents. Une proportion qui a doublée en dix ans. À eux seuls, Britanniques, Italiens et Belges ont représenté, sur la période, près de 60% des ventes à des étrangers non-résidents. Tandis que les Britanniques et les Scandinaves préféreront investir dans des grandes maisons, les Italiens non-résidents acquerront principalement des petits appartements sur le marché de l’ancien. La construction de logements neufs ravive le secteur du bâtiment. Les mises en chantier de logements neufs ont progressé de +15,7% sur un an. Ainsi, l’année 2017 a redonné des couleurs au secteur du bâtiment, avec la création de 20 000 emplois. L’année 2017 se révèle un bon cru pour le secteur du bâtiment, notamment grâce à la construction de logements neufs. Selon le ministère de la Cohésion des territoires, 418 000 chantiers ont été lancés de décembre 2016 à novembre 2017, soit une hausse de +15,7%. Cette croissance se retrouve aussi bien dans la construction de logements individuels, que de logements collectifs. L’automne 2017 a été particulièrement favorable pour le secteur. De septembre à novembre, les mises en chantier de logements neufs ont, en effet, augmenté de 5,7% par rapport aux mêmes mois de l’année 2016, avec 112 600 unités lancées. Par type de logement, elles ont bondi de 10,7% pour les logements individuels, et de 7,6% pour les logements collectifs. HAUSSE DES PERMIS DE CONSTRUIRE La croissance dans le secteur du bâtiment devrait se poursuivre en 2018 : le nombre de permis de construire délivrés au cours de ces trois mois de 2017 a, en effet, augmenté de 4,8% par rapport à la même période de 2016, avec 133 100 chantiers prévus. Cette hausse du nombre de permis de construire entre septembre et novembre 2017 a été plus forte pour les logements individuels (+8,9%), que dans le collectif (+3,1%). Le délai moyen d’ouverture de chantiers atteignait, en novembre dernier, cinq mois pour les logements individuels et de plus de neuf mois pour les logements collectifs. Conséquence de cette dynamique, l’emploi s’est enfin redressé en 2017. Selon la Fédération française du bâtiment (FFB), le secteur a vu la création de 20 000 emplois l’an dernier, et devrait en créer 30 000 cette année.