À LA DÉCOUVERTE DES MÉTIERS DU TERTIAIRE CHEZ PROMEO

Première école de l’alternance en région avec 3 100 étudiants, Promeo organisait fin janvier sa grande journée portes ouvertes sur ses différents sites, dont celui d’Amiens. De façon générale, les jeunes qui viennent lors des portes ouvertes ont une idée assez précise de ce qu’ils ont envie de faire, mais ils hésitent encore entre deux […]

1433

Première école de l’alternance en région avec 3 100 étudiants, Promeo organisait fin janvier sa grande journée portes ouvertes sur ses différents sites, dont celui d’Amiens.

De façon générale, les jeunes qui viennent lors des portes ouvertes ont une idée assez précise de ce qu’ils ont envie de faire, mais ils hésitent encore entre deux ou trois formations », sourit Cécile Ponthieu, directrice du site amiénois. Pour les aider dans leur prise de décision, Promeo propose une classe de seconde industrielle qui permet de découvrir cinq métiers et d’effectuer deux stages pratiques en entreprise durant l’année. « La pédagogie est aussi très importante pour Promeo, nous travaillons par compétences et par projet avec une approche transversale, c’est un facteur de réussite », détaille la directrice. Après un bac en deux ans, beaucoup poursuivent leur parcours.

MÉTIERS D’AVENIR

« On voit une vraie évolution sur l’alternance, c’est un choix construit, réfléchi qui peut mener jusqu’à un diplôme d’ingénieur. Nous avons également de plus en plus de jeunes filles qui vont vers les métiers du tertiaire », note Cécile Ponthieu. Parmi elles, Ludivine Pezeril en BTS Conception des processus de réalisation de produit. Après un bac S et une formation en mathématiques, la jeune femme a décidé de se réorienter. « En réfléchissant à ce que je voulais faire, j’ai pensé à l’usinage, c’est un domaine que je connaissais puisque tous les étés je travaillais chez Suma, où mes parents sont salariés », explique-t-elle. En alternance dans l’entreprise spécialisée dans l’aéromécanique elle s’occupe aujourd’hui du contrôle des pièces et pense compléter son cursus avec une formation qualité-sécurité-environnement. « C’est très concret, j’apprends un métier. J’ai vraiment trouvé ma voie », ajoute-telle. Le centre de formation propose dans ses ateliers des installations et machines identiques au matériel présent dans les entreprises, comme la réplique d’une ligne de production. « Notre force est d’être en adéquation avec le monde industriel », insiste Cécile Ponthieu qui met également en avant les équipements robotiques dont dispose la structure. Le site de Beauvais s’est d’ailleurs récemment doté d’une plate-forme technologique baptisée CAP Lab permettant de se former à la fabrication additive, la réalité virtuelle augmentée ou encore le prototypage.