LA RÉGION, CHAMPIONNE DE L’INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

Grâce à sa localisation géographique et à la richesse de son territoire, la région compte plus de 36 600 emplois dans les industries agroalimentaires. La fusion des régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie en 2016 a renforcé la position de leadership des Hauts-de-France dans la filière. La diversité du paysage qualifie la région Hauts-de-France. Couvert à 85% de communes […]

971
Les Hauts-de-France sont la première région productrice de pommes de terre.

Grâce à sa localisation géographique et à la richesse de son territoire, la région compte plus de 36 600 emplois dans les industries agroalimentaires.
La fusion des régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie en 2016 a renforcé la position de leadership des Hauts-de-France dans la filière.

Les Hauts-de-France sont la première région productrice de pommes de terre.

La diversité du paysage qualifie la région Hauts-de-France. Couvert à 85% de communes peu denses, le territoire est en majorité rural. La fertilité des terres dans la région et les conditions climatiques tempérées sont favorables à une agriculture performante. La région est ainsi première de France pour la production de blé tendre, betteraves sucrières, endives, ou encore pommes de terre. Les 180 km de façade maritime qui bordent les Hauts-de-France permettent de développer a pisciculture. 36 000 tonnes de produits de la pêche sont débarquées par an au port de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) et plus de 330 000 tonnes de produits sont transformées sur place. Cette activité fait de lui le 1er port de pêche français et le 1er centre européen de transformation des produits de la mer. Exception régionale : la ville de Gravelines (Nord) se démarque également par la présence d’Aquanord, première ferme aquacole de France.

10,7% DE L’EMPLOI FRANÇAIS

Si selon les chiffres de l’Urssaf, la région compte plus de 36 600 emplois dans les industries agroalimentaires, – soit 10,7% des emplois français (voir encadré) -, 97 établissements à capitaux étrangers ont été recensés en 2017. Ces entreprises représentent 11% des industries agroalimentaires régionales en employant plus de 13 700 salariés. Parmi elles, le Suisse Nestlé à Beauvais, l’Américain Häagen Dasz à Tilloy-lès-Mofflaines, l’Allemand Saint-Louis à Roye ou encore le Néerlandais Heineken à Mons-en-Barœul (Nord).

FIRMES MULTINATIONALES

L’internationalisation de ce secteur d’activité dans la région s’explique par la localisation géographique du territoire. Les Hauts-de-France se situent au cœur du plus grand bassin de consommation du nord de l’Europe et repré- sentent un carrefour commercial stratégique. Au centre du triangle Paris-Bruxelles-Londres, la région compte cinq capitales européennes dans un périmètre de 300 km. Les 1 100 km d’autoroutes du territoire représentent 11% du ré- seau national. Le réseau ferroviaire en représente 10% avec les trois gares TGV Haute-Picardie, Féthun et Lille-Europe et son tunnel sous la Manche. Côté transports aériens, les aéroports de Lille-Lesquin et Beauvais-Tillé proposent des destinations européennes et méditerranéennes. 130 km de canaux de voies navigables et 27 ports fluviaux complètent ce maillage. À venir : le projet du canal Seine-Nord-Europe prévoit un nouveau corridor fluvial de 107 km qui traversera la région d’ici à 2024. Trois ports desservent l’exportation à l’étranger à Dunkerque, Calais et Boulogne-sur-Mer. Les Hauts-de-France sont alors la première région agricole à l’international. Ils représentent 18,5% des exportations françaises pour un montant total de plus 5,4 milliards d’euros en 2016. La Belgique, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie concentrent la moitié des exports. En dehors de l’Europe, la Chine se démarque en tant que 3e pays client pour les produits laitiers et les glaces. Les États-Unis et le Vietnam sont respectivement 4e et 5e clients pour les boissons (vins et alcool).