MENACE SUR LA CCI AMIENS-PICARDIE

Avec la nouvelle baisse des dotations voulue par l’État, la CCI régionale Hauts-de-France engage la fusion de toutes les CCI des Hauts-de-France en une seule. Ce projet menace l’autonomie de décision et l’indépendance budgétaire de la CCI Amiens-Picardie qui compte bien s’y opposer. La CCI régionale Hauts-de-France soumettra au vote de sa prochaine assemblée générale, […]

887

Avec la nouvelle baisse des dotations voulue par l’État, la CCI régionale Hauts-de-France engage la fusion de toutes les CCI des Hauts-de-France en une seule. Ce projet menace l’autonomie de décision et l’indépendance budgétaire de la CCI Amiens-Picardie qui compte bien s’y opposer.

La CCI régionale Hauts-de-France soumettra au vote de sa prochaine assemblée générale, le 30 novembre prochain, le passage de la CCI Amiens-Picardie du statut territorial à celui de simple CCI locale. « Une décision unilatérale qui revient à transformer nos chambres de commerce et d’industrie en simple délégation de la CCI Hauts-de-France. C’est juste scandaleux ! Nous n’avons aucune leçon en matière de gestion à recevoir. Il n’y a qu’à observer nos résultats. C’est du jamais vu des chefs d’entreprise qui imposent leur loi à d’autres chefs d’entreprise sur leur propre territoire », tempête Philippe Enjolras, président de la CCI de l’Oise. Fany Ruin, présidente de la CCI Amiens Picardie, qui avait programmé un plan d’investissement de 12 millions d’euros sur cinq ans, a immédiatement lancé plusieurs actions afin que les Picards se mobilisent de toute part et notamment une pétition déjà signée par des milliers d’habitants.

DE LA PROXIMITÉ EN MOINS, DES PERTES D’EMPLOI EN PLUS

Les acteurs économiques se sont également mobilisés pour le maintien de la CCI Amiens-Picardie en CCI territoriale. À l’instar des élus d’Amiens Métropole qui ont voté un vœu visant à « soutenir les élus de la CCI picarde dans leur volonté de maintenir leur autonomie d’actions au plus près des entreprises et des partenaires économiques locaux ». De son côté, Hubert de Jenlis, 1er vice-pré- sident du conseil départemental, a pris sa plume à destination de Philippe Hourdain, président de la CCI régionale Hauts-de-France. « La baisse des dotations ne doit pas être un prétexte pour déplacer encore une fois un centre de décision à Lille et rajouter ainsi un nouveau traumatisme après la perte du statut de capitale régionale. Cette tentative de centralisation est à l’opposé de l’équilibre initial entre les CCI picardes, établissements autonomes et les CCI nordistes, délégations de la CCI R, au moment de la régionalisation en janvier 2017. » Il va même plus loin en appelant maintenant à la révolte. « S’il n’y a plus de centres de décision à Amiens, la ville va perdre son statut de locomotive. Ce qui m’affole c’est que la parole donnée n’est plus respectée. Il va falloir se fé- dérer et aller tous dans la rue », exhorte-t-il rejoint par Sébastien Horemans, président de la CPME Somme et de nombreux autres chefs d’entreprise.

DES ACTIONS POUR RÉSISTER

D’ici le vote du 30 novembre des 120 élus consulaires qui scellera le sort de la CCI picarde, les acteurs économiques locaux vont multiplier les actions et messages forts à l’attention des décideurs et du grand public. Car au-delà du statut que la CCI d’Amiens Picardie risque de perdre, ce sont des emplois directs et indirects qui sont en jeu. « Rien n’est perdu d’avance même face au pot de fer, conclut Fany Ruin. Nous avons la nécessité d’aller bien plus loin que les enjeux de la CCI et défendre le développement économique de toute une région picarde qui paye déjà un très lourd tribu sur l’autel de régionalisation. »