La Chine investit dans le Beauvaisis

La multinationale chinoise BYD, spécialisée dans les technologies de pointe, annonce sa venue dans l’agglomération du Beauvaisis, à Allone. Le démarrage de son activité est prévu au cours du premier semestre 2018. Pour la première fois, la Chine va investir dans le Beauvaisis (Oise). Le groupe BYD, notamment connu pour ses batteries rechargeables et ses […]

5686
L’officialisation de l’implantation du groupe BYD a eu lieu le 23 mars dernier, à la mairie de Beauvais.
L’officialisation de l’implantation du groupe BYD a eu lieu le 23 mars dernier, à la mairie de Beauvais.

La multinationale chinoise BYD, spécialisée dans les technologies de pointe, annonce sa venue dans l’agglomération du Beauvaisis, à Allone. Le démarrage de son activité est prévu au cours du premier semestre 2018.

Pour la première fois, la Chine va investir dans le Beauvaisis (Oise). Le groupe BYD, notamment connu pour ses batteries rechargeables et ses nombreuses solutions durables, arrive dès 2018 à Allone, dans les anciens bâtiments de Michelin. Au total, la société chinoise débloquera 10 millions d’euros. Dans un premier temps, le projet prévoit la mise en place d’un site de production de 32 000 m², sur une emprise totale de 80 000 m², dédié à l’assemblage d’autobus et d’autocars électriques à pont unique, avec à la clé une centaine d’emplois. Près de 200 véhicules seront assemblés par an dans cette usine, puis vendus dans toute l’Europe. Outre ce site de production, BYD pré- voit également l’installation d’un service après-vente d’entretien et de réparation, ainsi qu’un centre de logistique pour les pièces détachées. BYD voit même plus loin : l’assemblage d’autres véhicules pourrait suivre en fonction de la montée en puissance de la gamme de produits du groupe. À plus long terme, un centre d’essais pour les tests de batteries serait susceptible de voir le jour. Le projet durable de la société chinoise est ambitieux. « Nous voulons contribuer à purifier l’air des grandes villes. Les bus urbains sont non seulement une des premières sources de pollution de l’air lorsqu’ils fonctionnent au diesel, mais aussi une des catégories de véhicules les plus simples à électrifier puisqu’ils utilisent des itinéraires connus d’avance. Nous prévoyons donc une croissance significative des ventes de bus électriques en Europe, particulièrement en France, premier marché européen », a déclaré Isbrand Ho, directeur Europe de BYD.

Une stratégie gagnante

En pleine mutation avec la troisième révolution industrielle (baptisée Rev3), la région Hauts-de-France se positionne dans la stratégie de la transition énergétique. « Le choix de la France s’explique par le fait que le marché français des bus soit le plus important en Europe. Beauvais et la région des Hauts-de-France ont été choisies en raison de la qualité du bâtiment, de la localisation géographique idéale et de la proactivité des autorités locales et régionales », a expliqué Isbrand Ho. La société a créé un écosystème énergétique, avec une production d’énergie solaire à un coût abordable, un stockage fiable de l’énergie, un transport électrifié innovant ainsi qu’un monorail ultramoderne, après 22 ans de développement. « Nous sommes une terre de réindustrialisation, confie Caroline Cayeux, sénatrice-maire de Beauvais et présidente de l’agglomération du Beauvaisis, et nous possédons une main-d’œuvre qualifiée. Par ailleurs, nous avons également une sensibilité pour les bus électriques dans l’agglomération. C’est donc en toute logique que nous accueillons un site de production européen pour un territoire vert. »

L’implantation de ce groupe international témoigne de la transformation du territoire et de la détermination des acteurs à faire de la région la championne de la transition énergétique.