Reclassement de salariés : l’Afpa et Altedia se mobilisent

Le siège régional de l’Association pour la formation des adultes (Afpa) et le cabinet Altedia ont organisé fin mars un petit déjeuner destiné aux professionnels pour connaître leurs besoins en termes de recrutement. Nous sommes réunis ce matin pour apprendre à nous connaître, mais aussi pour faire le point sur vos attentes et besoins de […]

L’Afpa et Altedia ont organisé début mars un petit déjeuner de rencontre avec les entreprises

Le siège régional de l’Association pour la formation des adultes (Afpa) et le cabinet Altedia ont organisé fin mars un petit déjeuner destiné aux professionnels pour connaître leurs besoins en termes de recrutement.

L’Afpa et Altedia ont organisé début mars un petit déjeuner de rencontre avec les entreprises

Nous sommes réunis ce matin pour apprendre à nous connaître, mais aussi pour faire le point sur vos attentes et besoins de recrutement », lance Évelyne Delmas, responsable de projets au sein d’Altedia, un cabinet de consultants en ressources humaines, ici spécialisé dans le reclassement de salariés récemment licenciés économiques. Devant elle, une dizaine de représentants d’entreprises ont répondu présent. Tous ou presque reçoivent déjà chaque mois une newsletter émise par Altedia et l’Afpa, où figurent les différents profils des salariés à la recherche d’un nouveau poste. À l’inverse, l’ensemble des personnes accompagnées reçoivent elles aussi une newsletter comportant toutes les offres d’emploi. « Nous accompagnons quotidiennement les entreprises et les salariés dans le cadre de plan de sauvegarde de l’emploi, de contrat de sécurisation professionnelle pour tous types d’entreprises. Nous sommes également partenaire de Pôle emploi », souligne Bérangère Polleux, conseillère entreprise au sein d’Altedia. Actuellement, l’Afpa et Altedia accompagnent quelque 1 000 salariés récemment licenciés économiques sur toute la Picardie. Ils sont une soixantaine chaque mois à rejoindre l’accompagnement proposé.

De multiples leviers

« Il est d’abord très important de définir un projet avec le salarié, quelque chose qui corresponde à ses compétences mais aussi à sa personnalité. Faire le deuil de son ancien poste est une première étape avant de penser à une action de formation ou un programme de reconversion qui va permettre de monter en compétences ou de se mettre simplement à jour », insiste Évelyne Delmas. De multiples leviers sont utilisables pour mettre en relation un employeur et une personne à la recherche d’une nouvelle carrière. Afin d’évaluer l’adéquation entre l’offre et la demande, l’Afpa et Altedia proposent d’adapter des dispositifs comme la Préparation opé- rationnelle à l’emploi (POE), toutes les formations éligibles au CPF ou des stages de mise à disposition de candidat allant de quelques jours à un mois. « Tous ces services sont gratuits pour les entreprises. Notre rôle est de visiter vos sites pour connaître votre environnement, faire le point sur vos besoins et cibler au mieux les candidats qui pourraient correspondre. Notre réseau est national, toutes les semaines nous avons de nouveaux profils, l’important est de faire circuler l’information », résume Bérangère Polleux.

Des entreprises mobilisées

Parmi les entreprises présentes ce matin-là, Intra Call Center (CCA International), centre d’appels amiénois. « C’est toujours intéressant de s’informer. Le recrutement est une question prépondérante chez nous et le fait de pouvoir participer au reclassement de salariés est une chose importante. À nous, en tant qu’acteur local, de faire fonctionner une certaine dynamique, de s’investir », explique Christine Martoglio, DRH de l’entreprise. Depuis un an, elle fait partie des professionnels à recevoir de façon hebdomadaire la newsletter de l’Afpa et d’Altedia. Pour Marylène Debure, chargée de relations entreprises aux Astelles, structure d’insertion par l’activité économique, la démarche est différente. « Je suis venue pour voir comment on pouvait lier un partenariat. Avec les Astelles, il est aussi question de retour à l’emploi, même si on ne s’adresse pas forcément au même public, notre action peut entrer dans le cadre de la Responsabilité sociale des entreprises », note-t-elle.