PrixLibre : la start-up qui réinvente les échanges entre particuliers

Lancée en octobre, la start-up amiénoise propose d’échanger, de tester, de louer ou de vendre ses objets entre particuliers. Une offre pour les entreprises et les associations est actuellement à l’étude. Il y a quelques années, j’ai réalisé un rêve d’enfant en construisant une maison, explique Pierre Lemaire, fondateur de PrixLibre. Je me suis rendu […]

391
PrixLibre est un outil entièrement gratuit. Pour être rentable d’ici trois ans, la start-up mise sur les transactions de prépaiement par carte bancaire sur lesquelles elle commissionnera 8%.
PrixLibre est un outil entièrement gratuit. Pour être rentable d’ici trois ans, la start-up mise sur les transactions de prépaiement par carte bancaire sur lesquelles elle commissionnera 8%.

Lancée en octobre, la start-up amiénoise propose d’échanger, de tester, de louer ou de vendre ses objets entre particuliers. Une offre pour les entreprises et les associations est actuellement à l’étude.

Il y a quelques années, j’ai réalisé un rêve d’enfant en construisant une maison, explique Pierre Lemaire, fondateur de PrixLibre. Je me suis rendu compte à quel point il était difficile de demander à ses voisins des outils ou un service. Il faut passer le cap de la timidité et l’on a le sentiment d’être redevable », ajoute-t-il. Partant de ce constat, Pierre Lemaire mène une étude de marché à Amiens, sa ville natale. « L’économie collaborative représente 13 milliards d’euros aujourd’hui, mais on estime qu’elle pèsera jusqu’à 350 milliards d’ici dix ans et il se trouve qu’Amiens est une ville où ce modèle fonctionne très bien », ajoute-t-il. L’entrepreneur imagine alors un système où chacun pourrait louer, échanger, tester ou vendre ses objets. Lancés le 3 octobre, le site et l’appli PrixLibre comptent aujourd’hui 2 000 utilisateurs, principalement en Hautsde-France.

Faciliter les échanges La start-up composée de trois associés et d’un salarié a lancé une offre simple pour inciter le grand public à utiliser ses services. « L’idée est de créer sa propre bibliothèque avec ses livres, ses outils, ses jeux, ses instruments de musique… et de fixer le prix de location ou de vente entièrement librement », poursuit Pierre Lemaire. Une fois ses objets enregistrés, le propriétaire définit un calendrier de disponibilité, des lieux d’échanges et les heures où il est libre. « Cela peut être sur votre trajet le matin ou le soir, l’endroit où vous prenez votre pause déjeuner, chez vous à côté de votre salle de sport… l’idée est de simplifier les choses au maximum et de ne pas vous faire perdre de temps », note l’entrepreneur. Au moment de la mise en ligne, plusieurs options sont possible : location, test, échange ou vente, mais aussi prix, demande de chèque de caution ou d’une copie de la carte d’identité et bientôt prépaiement par carte bancaire. À l’opposé, l’utilisateur qui cherche un objet, se voit proposer une sélection en fonction de ses centres d’intérêt, dans un rayon de son choix (de 1 à 500 kilomètres). Si celui-ci est intéressé par l’un d’entre eux, il remplit un formulaire pour fixer un rendez-vous et attend la validation de sa demande. « Le propriétaire de l’objet peut accepter, refuser ou négocier l’offre faite. Notre ambition c’est aussi de faciliter la transaction ainsi. Négocier un prix derrière un écran est beaucoup plus facile qu’en face à face », souligne Pierre Lemaire. Actuellement réservé aux particuliers, PrixLibre a pour projet de proposer une offre particulière pour les professionnels et les associations. L’idée serait alors de gérer aussi bien le matériel, le planning des salles ou des flottes de véhicules. « Nous proposons un super outil de logistique interne, pratique et fonctionnel », assure Pierre Lemaire. Un abonnement mensuel est envisagé.