Royal Kids investit dans de nouveaux jeux

Avec l’arrivée d’un concurrent, le Royal Kids de Saint-Quentin a investi dans de nouveaux jeux et repart à la conquête des comités d’entreprises. En matière de parcs de loisirs et d’attractions couverts pour les enfants, les Saint-Quentinois ont le choix entre deux enseignes, dont Royal Kids, la première à avoir ouvert sur la ville il […]

406
Nicolas Foucher est confiance en l’avenir.
Nicolas Foucher est confiance en l’avenir.

Avec l’arrivée d’un concurrent, le Royal Kids de Saint-Quentin a investi dans de nouveaux jeux et repart à la conquête des comités d’entreprises.

En matière de parcs de loisirs et d’attractions couverts pour les enfants, les Saint-Quentinois ont le choix entre deux enseignes, dont Royal Kids, la première à avoir ouvert sur la ville il y a six ans, sur la zone d’activité de la Vallée, proche de la zone commerciale Auchan-Fayet. Chaque année, ce sont entre 25 000 et 30 000 enfants qui viennent passer un moment de détente dans cet espace couvert de 1 400 m2. « La fréquentation varie d’une année à l’autre selon les conditions climatiques. Lorsqu’il fait beau comme aujourd’hui, nous avons peu de monde », constate Nicolas Foucher, un ancien cadre commercial qui s’est lancé dans l’entreprenariat en ouvrant ce parc d’attractions en franchise. Royal Kids est le leader sur le marché de l’Hexagone, même si les enseignes concurrentes se multiplient (souvent des indépendants). Il y a deux ans, l’arrivée d’un concurrent a rebattu les cartes sur le territoire de Saint-Quentin. « Nous avons ressenti l’ouverture de ce concurrent pendant six mois. Notre fréquentation a baissé, puis les clients sont revenus petit à petit », se souvient Nicolas Foucher qui a remis à plat sa stratégie pour relancer l’activité de son entreprise, même si cette dernière n’était pas en péril. Mais cela semblait nécessaire.

Privatiser un lieu unique L’espace baby pour les moins de trois ans a été agrandi de 50%, offrant aujourd’hui l’une des plus grandes structures de la région. Deux jeux gonflables de 80 m2 ont été installés pour le plus grand bonheur des enfants qui y trouvent un nouvel espace de jeux entre copains. Mais ce qui plaît le plus, c’est le Monkey Dong, une grande piscine à balles qui permet, depuis un bouton, de créer une pluie de balles de sept mètres de haut. « En France, le Monkey Dong est installé dans trois parcs », précise avec une certaine fierté Nicolas Foucher. Le Royal Kids de Saint-Quentin a aussi investi dans les anniversaires, une activité qui connaît une croissance continue, avec la création de nouvelles thématiques sur les princesses et les héros que les enfants adorent. Du côté de l’accueil, l’entreprise a installé un nouveau système de climatisation, plus moderne et plus performant, a renforcé son équipe jeune et dynamique et fait appel à des animateurs de qualité en extra pour les anniversaires. Les partenariats avec la Ville de SaintQuentin pour la plage de l’été, la BUL et des enseignes privées vont continuer à se développer. À son ouverture, ce parc d’attractions avait misé sur les comités d’entreprises qui recherchent des lieux pour l’organisation de leurs arbres de Noël et autres événements. Mais au fil des années, cette clientèle, qui représente une partie du chiffre d’affaires non négligeable, est allée vers d’autres lieux. En cette rentrée de septembre, Nicolas Foucher vient de lancer une prospection vers les comités d’entreprise pour leur vendre son espace, avec la possibilité de le privatiser et d’y fêter tous les événements possibles. Comme quoi, la concurrence a du bon. « Elle nous a fait bouger et nous fait bouger », lance Nicolas Foucher. Et dans l’histoire, c’est le client qui est le grand gagnant.