Le vice-président des Hauts-de-France en visite à Noyon

L’école numérique  du Noyonnais, E2N, labellisée Grande école du Numérique et la maison de quartier de Beauséjour ont été visitées par le vice-président Guillaume Delbar, délégué à la rénovation urbaine, au logement, l’innovation numérique et sociale.  Durant quelques heures, mercredi 13 juillet, le vice-président des Hauts-de-France a fait une halte à Noyon. Il a commencé […]

422
Guillaume Delbar (au fond à gauche) a discuté avec la vingtaine d’apprenants.
Guillaume Delbar (au fond à gauche) a discuté avec la vingtaine d’apprenants.

L’école numérique  du Noyonnais, E2N, labellisée Grande école du Numérique et la maison de quartier de Beauséjour ont été visitées par le vice-président Guillaume Delbar, délégué à la rénovation urbaine, au logement, l’innovation numérique et sociale. 

Durant quelques heures, mercredi 13 juillet, le vice-président des Hauts-de-France a fait une halte à Noyon. Il a commencé sa visite à l’École du numérique du Noyonnais, un établissement inédit en Picardie, installée au parc Inovia dans l’ancienne caserne du Régiment de marche du Tchad. Cette école est gratuite pour les apprenants et est initiée par la Communauté de Communes du Pays Noyonnais, portée par Novei formation et Simplon. co.

Une méthode « commando » La vingtaine d’apprenants de la toute première promotion de l’École du numérique a été ravie de se présenter devant Guillaume Delbar et un parterre d’élus. Ces hommes et femmes âgés entre 19 à 57 ans, tous venus d’horizons différents, ont été sectionnés pour leur motivation puisqu’aucun diplôme n’est demandé, ni aucune expérience dans le numérique. Le seul critère de sélection étant la motivation. Sur le plan pédagogique E2N utilise le concept Simplon.co et ses méthodes d’enseignement innovantes : pratique par projet (« Learning by doing »), programmation en binôme, mise en situation de transmission, autonomie pour une mise en application immédiate des connaissances acquises.
La formation est tournée vers l’apprentissage des langages web, notamment le HTML/CSS, le PHP, ainsi que le Javascript. Les élèves pourront donc à la suite de ces six mois de formation (35 heurs par semaine) prétendre à des postes de développeur, designer web, chef de projet web ou community manager. « Cette méthode « commando » va au rythme des entreprises. Les apprenants doivent être en mesure de s’adapter aux différentes situations de travail et aux évolutions technologiques. Nous devons continuer à pérenniser ces méthodes et garder de petites promotions en mixant les profils », a indiqué Guillaume Delbar, tout en rappelant également aux responsables de l’école, l’importance de travailler en réseau avec les autres écoles du numérique telles que Simplon à Boulogne-sur-Mer et à Roubaix (ville dont Guillaume Delbar est le maire). Quant au directeur de l’école du numérique, il a été ravi de pouvoir annoncer que cette école labellisée par l’État va pouvoir délivrer aux apprenants ayant réussi leur formation, un titre professionnel de niveau III (Bac +2) du ministère du Travail dans la spécialité de développeur de logiciel.

Rénovation urbaine au programme La suite de la visite s’est terminée à la maison de quartier de Beauséjour proche du centre-ville de Noyon, où un protocole dit de préfiguration a été signé en présence de Carole Bonnard, adjointe chargée de la gestion et de la modernisation du service public, le maire de Noyon et président de la communauté de communes Patrick Deguise, du préfet Didier Martin sans oublier les partenaires, bailleurs sociaux et financeurs. Cette signature acte le lancement officiel du Projet de rénovation urbaine d’intérêt régional pour le quartier Beauséjour. Ces immeubles qui accueillent 10% de la population Noyonaise ont été construits entre 1960 et 1970. Ce quartier a la particularité de compter une mixité de l’habitat, ce qui ne facilitera pas la tâche de ce projet de rénovation.