Bulldog : une association qui a du mordant

L’association amiénoise Bulldog, spécialisée dans l’audiovisuel – diffusion, éducation à l’image, aide à la création, production et formation – fourmille d’idées pour se développer dans la région. Quinze ans après sa création, elle s’appuie sur une équipe de sept salariés.

484
Tous les ans, Bulldog accompagne une trentaine d'étudiants dans la création d'une Web TV à l'occasion du Fifam.
Tous les ans, Bulldog accompagne une trentaine d'étudiants dans la création d'une Web TV à l'occasion du Fifam.
Tous les ans, Bulldog accompagne une trentaine d'étudiants dans la création d'une Web TV à l'occasion du Fifam.
Tous les ans, Bulldog accompagne une trentaine d'étudiants dans la création d'une Web TV à l'occasion du Fifam.

C’est à la Maison de l’image d’Amiens Métropole (MIAM), rue Dejean, que l’équipe est installée depuis un peu plus d’un an. Des locaux spacieux, clairs, que les sept salariés de Bulldog partagent avec d’autres associations, dont On a marché sur la bulle, avec qui elle collabore régulièrement sur des projets. Car ce qui caractérise cette association spécialisée dans l’audiovisuel née en 2001, c’est avant tout sa polyvalence. De la diffusion à la production, en passant par l’éducation à l’image en milieu scolaire et périscolaire, l’aide à la création et depuis peu la formation, son spectre est très large. « Notre principal objectif est de rendre les métiers du cinéma et de l’audiovisuel accessibles à tous », sourit Sylvain Parfait, directeur de l’association.

Des formations professionnelles
Une ambition très éloignée de celle du départ. « En 2001 lorsque l’association a été créée, il s’agissait juste d’un délire entre copains, tous étudiants à la fac d’arts d’Amiens. Cela nous permettait de mettre du matériel en commun et de réaliser des petits films sur notre temps libre », se souvient Sylvain Parfait, présent depuis le début de cette aventure. Depuis, Bulldog a fait du chemin. Elle emploie désormais sept personnes. Ses actions sont tellement nombreuses et diversifiées qu’elle doit en plus faire ponctuellement appel à des personnes en freelance.
Depuis un an, l’association mise sur la formation professionnelle. « En août 2015, nous avons obtenu un numéro d’animation auprès de la Direccte et sommes officiellement reconnus organisme de formation dans le domaine de l’audiovisuel », se félicite Sylvain Parfait. Des stages d’une durée de trois ou quatre jours qui permettent de se former aux effets spéciaux de maquillage, à la créature design (création de monstres) et au métier de Journaliste reporter d’images (JRI). Bulldog ne délaisse par pour autant ses actions historiques, comme la Nuit du court métrage. « C’est notre événement phare depuis plus de dix ans », poursuit l’ancien étudiant en arts et cinéma. Désormais reconnue dans le milieu au-delà des frontières picardes, cette manifestation qui a lieu tous les ans au Ciné Saint-Leu met en avant une sélection de douze courts-métrages mélangeant films tournés en vidéo et films d’animation. Bulldog accompagne également chaque année depuis 2013 une trentaine d’étudiants de l’université Picardie Jules-Verne dans l’aventure de la Web TV du Festival international du film d’Amiens (Fifam). L’occasion, pour ces jeunes, de se former aux pratiques du journalisme vidéo, à l’expression face caméra « et de rencontrer des stars, comme John Landis, le réalisateur des Blues Brothers », cite Sylvain Parfait. Le directeur de l’association, résidant à Douai, souhaite maintenant conquérir le Nord : « Nous avons déjà fait plusieurs actions dans le coin et y avons été bien accueillis. C’est un secteur qui a besoin de se développer sur le plan culturel et nous serions ravis d’y participer. »