Boost in Oise, crowdfunding isarien

La CCIO et l’Association des créateurs d’entreprises de l’Oise (Aceo) ont lancé en début d’année la première plate-forme de crowdfundig isarienne : Boost in Oise. Un des trois premiers porteurs de projets  à avoir fait appel au financement participatif a déjà atteint son objectif de collecte. Comment soutenir d’avantage l’économie et l’entrepreneuriat local ? La […]

455
Delphine Borne (en rouge) est l'un des trois premiers porteurs de projet à faire appel au crowdfunding sur Boost in Oise.
Delphine Borne (en rouge) est l'un des trois premiers porteurs de projet à faire appel au crowdfunding sur Boost in Oise.

La CCIO et l’Association des créateurs d’entreprises de l’Oise (Aceo) ont lancé en début d’année la première plate-forme de crowdfundig isarienne : Boost in Oise. Un des trois premiers porteurs de projets  à avoir fait appel au financement participatif a déjà atteint son objectif de collecte.

Comment soutenir d’avantage l’économie et l’entrepreneuriat local ? La chambre de commerce a trouvé la réponse en lançant sur la toile sa première plate-forme de financement participatif, avec le prestataire Bulb in Town, opérateur en financement agréé et spécialisé dans le crowdfunding de proximité. Le principe de Boost in Oise : échanger un soutien financier contre des récompenses en nature, ou en preuves de reconnaissance – les contreparties sont fixées en fonction du montant de la contribution. Les entreprises ont également la possibilité d’ouvrir une partie de leur capital aux habitants de l’Oise lançant une campagne de financement participatif en capital, avec une collecte comprise entre 50 000 euros et 1 million d’euros. Les premières campagnes ont débuté le 29 janvier, avec le restaurant-traiteur La Boule d’or à Thourotte, qui sollicitait 4 000 euros pour moderniser l’équipement de sa cuisine, et a récolté 5 045 euros grâce à 33 contributeurs et l’association le Comptoir magique qui organise le festival Le blues autour du zinc de Beauvais et demande 5 000 euros pour financer la deuxième édition de ses Secrets Gigs (le public est invité à assister à un concert dans des salles de petites tailles, sans connaître l’affiche à l’avance). À douze jours de la fin de la collecte, l’association avait engrangé 810 euros.

Ma cuisine pour vous

Le troisième projet, c’est celui de Delphine Borne, maman de trois enfants passionnée de cuisine qui a décidé de mettre sur pied son activité de traiteur, avec Ma cuisine pour vous, au slogan parlant, « Qu’est-ce qu’on mange ce soir ? ». « J’ai 46 ans, explique l’ancienne commerciale, et je me suis dit que c’était le moment où jamais de me lancer. La collecte permet de faire découvrir mon projet au plus grand nombre, et j’ai de très bons retours, c’est gratifiant. » En échange de leurs dons, les contributeurs pourront selon la somme versée profiter de cours de cuisine, recevoir un tablier brodé à leur nom, bénéficier de plats et entrées gratuites ou pour 500 euros versés, d’un repas offert pour 20 personnes.En juin, Delphine Borne proposera donc aux salariés d’entreprise des plats traditionnels, à base de produits frais et locaux, qu’elle livrera dans son camion – la collecte de 5 000 euros, remplie le 3 mars à hauteur de 700 euros doit lui permettre de l’acheter. « J’ai toujours aimé cuisiner, poursuit Delphine Borne, et j’avais envie de me mettre au service des autres, en leur faisant goûter mes plats, je proposerai également un menu découverte vietnamien, pour faire honneur à mes origines, mais aussi d’autres parties du monde. J’envisage par la suite de m’associer à un pâtissier pour proposer du sucré. » Les plats seront livrés sous-vide ou en bocaux : « C’est un système plus pratique pour les colis, mon site Internet est en construction mais à terme les clients pourront commander en ligne, à partir de dix repas, la livraison sera gratuite, l’idée étant de mutualiser les livraisons », détaille la créatrice qui a trouvé des locaux à Roye, à quelques encablures de son village de Boulognela-Grasse.

 

Amélie PÉROZ