CDR chasse le gaspillage

Sébastien Dhoury a fondé CDR – Collecte de déchets et revalorisation – en avril 2015. L’entrepreneur picard a souhaité mettre à profit son expérience professionnelle dans le recyclage et le retraitement des déchets en créant son entreprise sur un secteur original : la récupération des métaux à partir des douilles et cartouches de chasse.

393
Ligne de triage et de revalorisation des douilles de chasse.
Ligne de triage et de revalorisation des douilles de chasse.
Ligne de triage et de revalorisation des douilles de chasse.
Ligne de triage et de revalorisation des douilles de chasse.

Diplômé d’une formation en maintenance industrielle, Sébastien Dhoury a acquis une grande expérience dans le développement durable. En 2015, il prend un nouveau départ avec la volonté de se mettre à son compte après une première tentative en 2013 en autoentreprise. Ce passionné de chasse a élaboré une initiative originale qui consiste à recycler et revaloriser les cartouches de chasse usagées avec, en parallèle, une activité de négoce de métaux. « Au cours de l’année écoulée, j’ai revendu 50 tonnes de métaux », précise Sébastien Dhoury, fondateur de CDR.

Un investissement important

Le lancement de ce projet industriel basé sur la thématique du développement durable a nécessité de lourds investissements, notamment lorsqu’il a fallu créer une ligne de production pour trier les métaux. « Les cartouches doivent être broyées, ensuite la machine sépare les métaux des plastiques grâce à un aimant », explique Sébastien Dhoury. Au final, le chef d’entreprise a investi 40 000 euros dans la conception et l’achat du matériel pour la ligne de triage. Une somme importante en partie financée sur fonds propres, mais le projet a également retenu l’attention des banques. « J’ai été très bien accueilli par les banques qui m’ont aidé à monter et réaliser ma société », ajoute le dirigeant. Toutefois, sa société est tributaire du cours des matières premières pour vendre ses paillettes de métaux recyclés. « Tous les métaux – fer, cuivre, laiton – sont impactés par une baisse forte et durable de leur prix en 2015 avec le ralentissement de la demande. Nous sommes dans une situation de surproduction », remarque Sébastien Dhoury. Une conjoncture difficile à laquelle doit faire face la jeune entreprise qui, en moyenne, a un coût de production se situant autour de 250 euros la tonne de métal. De même, la chute du prix du pétrole entraîne des conséquences sur le marché du recyclage des produits en plastique. « Les composants plastique des cartouches sont recyclés pour produire des bacs à fleurs, mais la chute du prix du baril de brut rend moins rentable ce segment », constate le dirigeant.

Un réseau pour récupérer les douilles

« Je déteste trouver dans la nature des douilles usagées. J’ai donc mis en place un réseau de collecte », explique Sébastien Dhoury. Le fondateur de CDR a ainsi signé trois conventions pour récupérer les cartouches de chasse. Une première met à contribution la Fédération de chasse de l’Oise en créant des points de collecte sur les territoires de chasse. De même, les magasins Terres & Eaux ainsi qu’un stand de tir proposent de collecter les munitions usagées. « Je viens ensuite récupérer avec mon camion les stocks de douilles pour les revaloriser », conclut le dirigeant.

Alban LE MEUR