SDC de Colnet : une entreprise familiale diversifiée

L’ancienne société de location de matériel agricole s’est reconvertie depuis le milieu des années 80 dans la location de matériel destiné aux travaux publics. Avec l’arrivée de la troisième génération au sein de l’entreprise familiale, SDC de Colnet se diversifie dans le désamiantage.

685
Les locaux de SDC de Colnet dans la Somme.
Les locaux de SDC de Colnet dans la Somme.
Les locaux de SDC de Colnet dans la Somme.
Les locaux de SDC de Colnet dans la Somme.

SDC de Colnet est à la fois une aventure entrepreneuriale et familiale », nous évoque Bruno de Colnet, dirigeant de la société depuis 1986. Installée dans la Somme à Cagny depuis 1952, la société fournissait des machines pour les travaux agricoles. Une activité abandonnée lorsque Bruno de Colnet a pris la succession de son père dans les années 80.

« La clientèle était ancienne et notre rentabilité devenait plus faible », explique t-il. Le dirigeant a opéré un revirement stratégique avec deux salariés en proposant de la location de matériel pour les travaux de voirie, de terrassement, d’assainissement ou encore de démolition. Un pari audacieux mais réussi qui permet à la PME de réaliser en 2015 un chiffre d’affaires de 7,8 millions d’euros et d’employer 42 salariés. « Nous effectuons 70% de notre activité dans l’Oise et le Val d’Oise », précise Bruno de Colnet.

La baisse de la commande publique

Depuis 2008, SDC de Colnet constate un ralentissement de son activité avec la crise économique et la baisse de la commande publique. « Notre chiffre d’affaires augmente régulièrement mais cette croissance se fait au détriment de notre marge », explique le dirigeant qui a noué des partenariats avec des PME locales et des grands groupes de travaux publics pour éviter les longues procédures de réponses aux appels d’offres.

Malgré un contexte plus difficile, la société investit 500 000 euros par an dans la maintenance et le renouvellement de son parc de machines « Nous nous devons d’avoir des machines en bon état tout en réussissant à faire de la trésorerie », explique Bruno de Colnet.

Outre la chasse aux coûts fixes, l’entreprise a embauché un mécanicien pour s’assurer de la maintenance du matériel. « Ainsi la moitié de notre parc est amortie et nous pouvons le renouveler tous les cinq ans », ajoute le dirigeant qui revend les machines usagées à des négociants en Europe de l’Est et au Maghreb : « Une source de revenu complémentaire pour financer nos investissements ».

Développer de nouvelles activités

En dehors de la bonne gestion financière de la PME, SDC de Colnet recherche des nouveaux relais de croissance.

Dans cette optique, elle a obtenu en 2015 les certifications nécessaires pour effectuer les travaux de désamiantage.

« Cette qualification est valable pendant un an et demi avant de passer un nouvel audit », remarque le dirigeant. Avec seulement trois entreprises habilitées à exercer cette profession risquée sur Amiens, le désamiantage apparaît comme une vraie bouffée d’oxygène. « La faible concurrence nous permet de réaliser de belles marges sur ces travaux », s’enthousiasme Bruno de Colnet.

Ce matériau de construction a été longuement autorisé et est présent dans de nombreux bâtiments publics. « Pour cette activité, nous travaillons beaucoup avec les bailleurs sociaux pour obtenir les marchés », explique Bruno de Colnet.

Alban LE MEUR