Pascale Boistard assiste à la 2e  édition du Girl’s day ErDF

La secrétaire d’État chargée des droits des femmes était en visite à Amiens le 16 septembre. Elle s’est rendue au Girl’s day organisé par ErDF. Cette journée découverte a pour objectif de présenter les métiers techniques de l’entreprise aux lycéennes picardes.

Pascale Boistard, secrétaire d’État aux droits des femmes a découvert les métiers proposés par ErDF à l’occasion du Girl’s day.
Pascale Boistard, secrétaire d’État aux droits des femmes a découvert les métiers proposés par ErDF à l’occasion du Girl’s day.
Pascale Boistard, secrétaire d’État aux droits des femmes a découvert les métiers proposés par ErDF à l’occasion du Girl’s day.
Pascale Boistard, secrétaire d’État aux droits des femmes a découvert les métiers proposés par ErDF à l’occasion du Girl’s day.

Électricité Réseau de France (ErDF) emploie 800 agents en Picardie, dont 150 femmes. L’entreprise qui cherche à féminiser ses équipes, notamment techniques, a organisé pour la seconde fois le Girl’s day. Le temps d’une journée, 26 lycéennes picardes issues de filières techniques et technologiques ont pu découvrir les différents métiers qui composent ErDF. L’après-midi, Pascale Boistard, secrétaire d’État aux droits des femmes et Valérie Cabuil, rectrice de l’académie d’Amiens, ont, elles aussi, participé à l’évènement.

Féminiser les métiers techniques

« Je suis chez ErDF depuis 13 ans. Il y a trois ans, alors que j’étais au service technique en tant que commerciale, on m’a proposé de suivre une formation en interne pour évoluer vers un métier plus technique », explique Laure Segain devant son utilitaire électrique. « Aujourd’hui je suis technicienne intervention clientèle. Je suis constamment au contact des clients. Ils sont agréablement étonnés d’avoir affaire à une femme. Je suis très épanouie et j’aime vraiment mon métier », ajoute-telle à l’intention de jeunes filles venues l’écouter. Parmi elles, Clémence, Charlotte et Jeanne, élèves en première STI2D au sein du Lycée du Vimeu à Friville-Escarbotin. C’est leur proviseur qui leur a donné envie de découvrir les métiers d’ErDF. Pour elles, il s’agissait d’une « société de réseau spécialisée dans l’électricité », elles n’imaginaient pas « la multitude de métiers possibles » et trouvent cela « enrichissant et porteur pour l’avenir ».

Sur le sujet de la mixité, les jeunes filles, qui étudient toutes dans des classes majoritairement masculines, balayent la question. Pour elles, « l’important est de suivre ce que l’on a envie de faire » mais aussi « de ne pas prêter attention aux taux de filles ou de garçons dans la filière choisie ».

Une performance économique supplémentaire

Avec 23% de personnel féminin dans ses métiers techniques, ErDF Picardie fait figure de bon élève, mais Frédéric Delajoux, directeur territorial et Philippe Grimbert, directeur régional, qui ont établi des objectifs chiffrés, peinent à recruter au sortir des filières tech- niques. « Nous avons besoin du soutien de l’éducation nationale pour insuffler plus de mixité dans les branches techniques. Les jeunes filles ne représentent que 3,5% dans les BTS et 1,8% dans les bac pro qui nous intéressent », note Philippe Grimbert devant Valérie Cabuil qui s’est dite « particulièrement sensible à l’opération ».

À l’issue des témoignages des salariées d’ErDF mis en avant pour l’occasion, Pascal Boistard a relevé la spécificité de l’Hexagone qui a « besoin de passer par la loi pour assurer l’égalité entre hommes et femmes », avant de souligner que beaucoup d’entreprises comme ErDF ont cependant à cœur de favoriser la mixité. « Ce n’est pas par peur des sanctions, mais parce que les femmes sont compétentes et parce qu’elles sont vectrices de performance économique supplémentaire pour l’entreprise », a continué la secrétaire d’État avant de conclure : « Allez-y, n’écoutez pas l’extérieur, choisissez un métier qui permet de vous épanouir, ce qui compte c’est votre choix ! »