Nouvelle tête au CHU Amiens-Picardie

Danielle Portal remplace depuis peu Catherine Geindre à la tête du CHU Amiens-Picardie, elle dévoile pour Picardie la Gazette ses ambitions pour le groupe hospitalier.

469
« La nouvelle région devra trouver un équilibre autour de ses deux centres hospitaliers universitaires », estime Danielle Portal.
« La nouvelle région devra trouver un équilibre autour de ses deux centres hospitaliers universitaires », estime Danielle Portal.
« La nouvelle région devra trouver un équilibre autour de ses deux centres hospitaliers universitaires », estime Danielle Portal.
« La nouvelle région devra trouver un équilibre autour de ses deux centres hospitaliers universitaires », estime Danielle Portal.

Picardie la Gazette : Quelles sont les prochaines étapes de la modernisation du CHU Amiens-Picardie, entamée par votre prédécesseur ?
Danielle Portal : Le CHU Amiens- Picardie poursuit sa modernisation et le transfert des services pour finaliser le regroupement des activités en 2017 sur un site unique. À l’exception de la gériatrie long et moyen séjour et l’unité de soins palliatifs du site Saint-Victor, le site sud accueillera l’ensemble des services après deux nouvelles étapes : la réhabilitation du bâtiment Fontenoy (ancien bâtiment principal de l’hôpital sud) pour accueillir les services de soins et la rénovation de Saint Vincent-de Paul pour accueillir les services administratifs, soit les services actuellement sur le site nord.

Parallèlement, le CHU Amiens- Picardie accompagne la création et le développement de deux instituts aux projets innovants, deux structures liées étroitement aux projets de recherche et de formations pour la santé. L’Institut Faire Face a pour vocation de réunir des chercheurs du monde entier pour inventer la chirurgie reconstructrice et la chirurgie régénératrice de demain.

SimUSanté®, centre de pédagogie active de simulation en santé, intègrera bientôt un espace de plus de 3 600 m² dédié aux apprentissages en environnement de soins fidèlement reconstitués, avec une équipe pluridisciplinaire et des équipements de haute technologie.

P.L.G : Comment allez-vous négocier le virage de la régionalisation pour le CHU Amiens-Picardie maintienne sa position ? D.P. : La nouvelle région devra trouver un équilibre autour de ses deux centres hospitaliers universitaires. Ils devront tous deux développer une politique de complémentarité pour promouvoir une région Nord Picardie en pointe sur la recherche, l’enseignement et l’innovation en matière de santé publique. Le CHU d’Amiens développe déjà de nombreux secteurs d’excellence. La nouvelle région devra lui permettre de conforter ces secteurs. Avec une attention constante à sa proximité, le CHU Amiens-Picardie doit conserver son rôle dans le maintien de service de santé de proximité. Le CHU Amiens- Picardie assure en effet le rôle d’animateur de la politique médicale régionale. Il a la responsabilité en termes de formation des futurs professionnels de la région : il est garant du maintien d’équipes hospitalières de proximité formées à l’excellence. Le CHU Amiens-Picardie et ses 14 écoles et instituts forment plus de 1 200 professionnels par an. Enfin, aujourd’hui et toujours demain, le CHU Amiens- Picardie joue pleinement son rôle de recours avec plus de 100 médecins du CHU qui exercent une activité dans 18 autres établissements de santé.

P.L.G : Quels seront les autres chantiers prioritaires ?
D.P. :
Je m’attacherai à la promotion de l’établissement de référence et de recours qu’est le CHU Amiens- Picardie, au développement de son rôle régional tant pour les patients que pour tous les professionnels de santé. Le retour à l’équilibre financier sera l’autre priorité, objectif à tenir pour permettre de poursuivre le développement du CHU. Je serai particulièrement vigilante à maintenir un équilibre pour que ces projets conjuguent simultanément amélioration de la qualité et sécurité des soins, qualité des organisations de travail et efficience économique.