Écotourisme, la Picardie en vert et pour tous

Une belle saison 2015 se termine pour le tourisme en Picardie. Alors que de nouvelles mesures sont mises en place pour favoriser cette activité en France, la région pourrait miser sur son « or vert », son terroir et son authenticité. Et si l’écotourisme était l’avenir de ce secteur ?

474
Françoise Van Hecke est également présidente du jury régional des villes et villages fleuris.
Françoise Van Hecke est également présidente du jury régional des villes et villages fleuris.
7,5 milliards d’euros de dépenses individuelles et 16 500 emplois touristiques, c’est ce que représente le tourisme à vélo en France.
7,5 milliards d’euros de dépenses individuelles et 16 500 emplois touristiques, c’est ce que représente le tourisme à vélo en France.

Deux millions d’emplois, 7% du PIB, le secteur du tourisme est un véritable poids lourd pour l’économie française, dont l’ambition est d’atteindre les 100 millions de touristes en 2020.

C’est dans les prestigieux salon du Quai d’Orsay que Laurent Fabius a présidé le 11 juin la conclusion du conseil de promotion du tourisme, organisme ayant auditionné un panel de 250 professionnels du secteur et des représentants des pouvoirs publics pour élaborer une stratégie. Ainsi, les initiatives mettant en avant la diversité des terroirs et des produits vont être mieux soutenus.

Les atouts de la Picardie

Des terroirs et des produits, c’est précisément ce dont disposent la Picardie, en plus de sa localisation idéale. La région peut accueillir les touristes étrangers en quête d’authenticité après ou avant la visite de la capitale. En 2015, même si 80% de la clientèle étrangère reste européenne en Picardie, la part de la clientèle chinoise et indienne augmente fortement. Séduire ces visiteurs reste un enjeu important, ils pourraient être attirés par une forme de tourisme faisant des émules : l’écotourisme.

La région souhaite depuis plusieurs années miser sur cette carte et positionner la Picardie comme pionnière. En 2013, un appel à projets respectant cet état d’esprit a été lancé dans toute la région et huit d’entre eux ont été soutenus, aussi bien des activités touristiques comme des itinéraires de randonnées canoë-kayak dans la Somme que des bâtiments avec une maison pour l’accueil des touristes dans un lieu de production de poterie artisanale dans l’Oise. L’initiative, Esprit de Picardie, de l’équipe du Comité régional de tourisme permet de former les acteurs du tourisme afin qu’ils développent leurs marques et de faire de la Picardie une région d’écotourisme d’excellence.

Spécificité de l’écotourisme

Cette nouvelle approche cherche à découvrir un milieu sans lui porter atteinte, en le préservant d’une surexploitation. Une démarche plus rentable sur le moyen et long terme en terme de valorisation économiques des zones naturelles ou sites culturels, tout en permettant de développer des emplois locaux. Sans compter qu’une destination adoptant l’écotourisme, avec des labels comme la Clef verte pour l’hébergement, est bien mieux perçue par les touristes.

De cette manière, la Picardie a mis en place un plan spécifique afin de favoriser l’écotourisme, appelé également tourisme vert : le Schéma régional de développement durable du tourisme et des loisirs (SRDDTL). Datant de juin 2011, ce document dresse une feuille de route claire pour les actions de développement touristique régional à moyen terme. L’enjeu est également de rassembler et fédérer les partenaires et acteurs autour d’une même vision du développement touristique.

Le modèle de tourisme développé dans le SRDDTL reste environnementalement et socialement soutenable. Concrètement, sans écarter sa fonction de développement économique, il se veut accessible à tous et respectueux de l’environnement, au sens large : préserver la faune et la flore, créer des emplois qualifiés, promouvoir les bonnes pratiques en matière de transport… Précisément, les modes de déplacement écologiques comme le vélo sont encouragés.

Cyclotourisme, potentiel à développer

Depuis l’adoption d’un autre Shéma régional, pour les véloroutes et voies vertes cette fois, en 2006, les voies vertes se développent en Picardie. La région a investi depuis 2008 près de 20 millions d’euros dans ces aménagements, couvrant aujourd’hui 460 kilomètres. Ceux-ci peuvent encore se développer et restent rares dans certaines zones à fort potentiel. La Picardie a crée la thématique « Balades et randonnées » dont un volet concerne le vélo, on retrouve 55 hébergements labellisés dans les trois départements. Globalement, la Picardie a connu une excellente saison 2015 ainsi qu’une hausse du nombre de visiteurs portée par la Somme.

La fréquentation a augmenté dans ce dernier département de 3% en moyenne par rapport à 2014, avec des pics pour la côte picarde (+10%) et l’Amiénois (+8%), de plus le taux d’occupation est passé de 82% en 2014 à 87% cette année. De bons résultats qui peuvent encore s’améliorer en misant sur l’énorme potentiel picard de l’écotourisme.

Miser sur le patrimoine local

Françoise Van Hecke est également présidente du jury régional des villes et villages fleuris.
Françoise Van Hecke est également présidente du jury régional des villes et villages fleuris.

Conseillère régionale déléguée au tourisme et aux jardins depuis 2004, Françoise Van Hecke constate une prise de conscience des professionnels picards sur l’enjeu que représente l’écotourisme. « Depuis une dizaine d’années, il y a un véritable changement de mentalité », souligne l’élue. Le secteur s’intéresse de plus en plus à cette forme particulière de tourisme et à son potentiel. « Notre approche au conseil régional est de miser sur le patrimoine local, d’être avec les habitants, sans imposer ou en rajouter », explique Françoise Van Hecke, tenant à cette approche « venant de la base, pour faire retrouver aux villages leur identité ». L’élue défend cette vision, qui n’implique pas forcément des coûts importants et permet de mettre en valeur le patrimoine naturel, industriel et historique de la région. «  L’écotourisme favorise le maintien des visites sur toute l’année », souligne la conseillère régionale souhaitant voir des touristes fréquenter les chemins de Picardie en toute saison.

L’écotourisme, un véritable enjeu économique

Créateur il y a plus de vingt ans d’un gîte rural en bordure de l’Omignon, affluant de la Somme situé à Vermand (près de Saint-Quentin), François Varlet est depuis lors administrateur du relais des Gîtes de France Aisne et administrateur de l’Office de tourisme de Saint-Quentin. Cet expert du tourisme souligne que «  dans le saint-quentinois, le tourisme se développe avec plus de 100 000 visiteurs accueillis à l’Office de tourisme dont près de 40% d’étrangers ». Une clientèle de Britanniques, d’Hollandais et de Belges intéressée par l’écotourisme et les voies vertes. « Le potentiel de l’Aisne peut passer également par le développement de filières vertes et plus particulièrement dans l’écoconstruction  », affirme François Varlet, rappelant que « des projets existent pour le développement d’hébergements insolites en éco-contruction locale et de création de séjours éco-touristiques (séjour sans voiture) ». L’Aisne est en train d’établir son schéma de développement pour les années à venir et une des pistes proposées par le cabinet d’études Protourisme est de faire du département une référence en matière d’éco-tourisme. Affaire à suivre…