Robert Pottier, de la pierre et des hommes

Fondée en 1979 par Robert Pottier, l’entreprise éponyme s’est spécialisée dans la restauration du patrimoine bâti tout en proposant ses services aux particuliers. Une belle aventure que va s’efforcer de poursuivre Julien Degonville après le départ en retraite, en octobre, du fondateur.

464
Robert Pottier travaille essentiellement dans l'Aisne, de Villers-Cotterêts à Soissons, en passant par Chauny.
Robert Pottier travaille essentiellement dans l'Aisne, de Villers-Cotterêts à Soissons, en passant par Chauny.
Robert Pottier travaille essentiellement dans l'Aisne, de Villers-Cotterêts à Soissons, en passant par Chauny.
Robert Pottier travaille essentiellement dans l'Aisne, de Villers-Cotterêts à Soissons, en passant par Chauny.

Prendre le relais d’une belle réussite, c’est le défi que relève Julien Degonville, entrepreneur d’une trentaine d’années. « Je vais reprendre l’entreprise après le départ de Robert Pottier. D’ici là, nous travaillons ensemble pour assurer la transition », explique le futur dirigeant.

Attentif aux enseignements de son aîné, ce dernier peut aussi s’appuyer sur une formation solide puisqu’il est doté d’un CAP et d’un BEP de maçonnerie, d’un DU management des entreprises du bâtiment et du patrimoine, ainsi que d’un BTS bâtiment. Un bagage solide n’ayant pas pour autant donné la grosse tête au repreneur : « Je suis dans le bâtiment depuis une dizaine d’années. J’ai privilégié une évolution étape par étape, passant de la gestion de petites équipes de deux à celles d’une vingtaine de personnes. »

Habitué à gérer les hommes, Julien Degonville va diriger les cinq salariés de Robert Pottier, mais aussi se charger de la gestion administrative et du budget de l’entreprise, une nouveauté. « Je rencontre avec Robert Pottier la clientèle, les fournisseurs, relate l’entrepreneur. Nous faisons nos devis séparément, puis nous les confrontons afin de comparer. »

Savoirs et techniques

Centrée sur la rénovation, la restauration et la construction de bâtiments anciens, la société, basée à Morsain, compte à son palmarès de très beaux chantiers : les églises de Pommiers et de Quierzy, le château de Fontenoy, etc. « Nous travaillons aussi pour les particuliers, l’extension de maisons par exemple, avec des matériaux comme le béton ou la brique », signale Julien Degonville. Le personnel fait ainsi profiter à une clientèle plus vaste, répartie entre 75% au secteur privé et les 25% restants au public, de sa technicité acquise sur les bâtiments anciens. Le futur repreneur assimile les nouvelles méthodes et techniques spécifiques, comme pour l’habillage de façades en pierre. Robert Pottier transmet non seulement une structure prospère mais aussi un savoir-faire. Humble, Julien Degonville annonce comment il conçoit sa gestion future de la structure, constituant sa première aventure entrepreneuriale : « Je ne prétends pas révolutionner l’entreprise. Monsieur Pottier a démontré sa vivacité et son dynamisme. Nous allons continuer à nous adapter au client en restant une force de proposition. Il faut toujours aller de l’avant ! » Un optimisme affiché et revendiqué pour cette entreprise passant en octobre les qualifications HandiBat ainsi que CIP Patrimoine. Le Certificat d’identité professionnelle (CIP) est un « curriculum vitae » de l’entreprise qui apporte aux clients (privés ou publics) les informations relatives à la compétence professionnelle de l’entreprise. Il lui permet de se valoriser auprès des donneurs d’ordre, notamment dans le cadre des marchés publics. Julien Degonville souhaite également former son équipe à nouveau sur les questions de sécurité. Pas de révolution mais sans nul doute une évolution pour Robert Pottier, qui va graver une nouvelle page de son histoire… dans la pierre !