Latitude 50 pour naviguer

À Saint-Valery-sur-Somme, Latitude 50 est une institution. Ici, tous les passionnés de mer peuvent acheter un bateau, se procurer la pièce qui leur manque ou s’habiller. Découverte d’un endroit pas comme les autres.

437
Nicolas Rémy dirige Latitude 50.
Nicolas Rémy dirige Latitude 50.
Nicolas Rémy dirige Latitude 50.
Nicolas Rémy dirige Latitude 50.

À l’entrée de Saint-Valery-sur- Somme, difficile de louper la vaste façade de Latitude 50, du nom de la position de l’entreprise sur une carte marine. Nicolas Rémy a pris la relève de ses parents en 2009. Il a toujours vécu dans ce milieu : « Je suis né dedans, j’ai grandi dedans ». Sur 1 200 m2 se déploient un hall d’exposition, une partie atelier et une boutique de 400 m2 . L’ensemble se complète. La boutique est une véritable caverne d’Ali Baba pour hommes de mer : ancres, boussoles, produits d’entretien, vêtements à la mode ou techniques pour homme, femme et enfant, matériel de sécurité, nécessaire pour les sports nautiques, objets de décoration, GPS, radios…

Bateaux de plaisance

L’activité principale de Latitude 50, qui occupe trois personnes, est la vente de bateaux. « Nous commercialisons des petits pneumatiques de 3 mètres, jusqu’à des bateaux qui font 10 mètres ou plus. Ils sont neufs ou d’occasion. Tout dépend de la demande. Sur la côte picarde, nous n’avons que trois ports. Nous travaillons peu avec des professionnels », ajoute Nicolas Rémy. La majorité de la clientèle est issue de la nouvelle grande région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, de la région parisienne et de Belgique. Elle vient en général acheter des bateaux de plaisance : « Même si c’est difficile de naviguer à cause des problèmes d’ensablement, le port de Saint-Valery-sur-Somme est une des plus belles infrastructures de la région. Il bénéficie de 250 places et c’est un port en eau à marée basse. Sport nautique valéricain est un partenaire indispensable pour notre activité », affirme Nicolas Rémy. Latitude 50 est concessionnaire exclusif Jeanneau, fabricant français appartenant au leader mondial Beneteau. C’est souvent en août que les clients commandent leurs futurs beaux bateaux afin qu’ils arrivent avant la saison d’après. Pour les moteurs, l’entreprise fait confiance à l’Américain Mercury.

Formation au permis

De nombreux investisseurs optent pour des bateaux-cabines qui sont comme un pied à terre, voire une résidence secondaire, lorsqu’ils viennent en week-end ou plus longtemps. Il est possible de devenir propriétaire aux environs de 10 000 euros. Il faut compter entre 25 et 65 000 euros pour un 4 mètres de 20-30 CV. À cela, il faut rajouter la place de port, entre 1 100 et 2 500 euros par an. L’entretien se monte entre 1 000 et 1 500 euros à l’année. Depuis l’automne dernier, en partenariat avec Nautic 80, Latitude 50 propose une formation au permis de mer côtier et fluvial. « Je mets à disposition la salle et le bateau, explique Nicolas Rémy. Nous avons déjà formé une soixantaine de candidats qui décrochent l’un des deux permis pour moins de 500 euros. Des cours de perfectionnement de pilotage peuvent être donnés aux nouveaux propriétaires. De plus en plus, les clients sont demandeurs de services. » De quoi naviguer sans embûches.