Carrefour Laon : « Apporter une vision extérieure à l’entreprise »

Bernard Ribiollet est le nouveau directeur du Carrefour de Laon depuis août. Picardie La Gazette a rencontré cet ancien militaire qui dévoile les ambitions qu’il nourrit pour l’hypermarché dont il est la tête.

Bernard Ribiollet met son expérience de militaire au service de la grande distribution.
Bernard Ribiollet met son expérience de militaire au service de la grande distribution.
Bernard Ribiollet met son expérience de militaire au service de la grande distribution.
Bernard Ribiollet met son expérience de militaire au service de la grande distribution.

Picardie la Gazette : Quelle est la position de Carrefour sur le secteur laonnois face à ses concurrents ?
Bernard Ribiollet :
Deux grandes enseignes sont présentes sur Laon : Carrefour et Leclerc, situées au Nord et au Sud. Nous avons chacun nos clients, il est difficile de définir exactement quelle est notre part de marché.

P.L.G. : Quels sont les challenges, les projets qui vous attendent ?
B.R. :
L’année 2015 sera marquée par la mise en place d’un nouveau parking (plan de circulation modifié et des places plus grandes) que les clients doivent s’approprier, une galerie commerciale répondant aux attentes de nos clients avec des espaces de détente, des jeux et des zones Wifi. En 2016, nous poursuivrons les travaux de rénovation du magasin (éclairage, nouveaux frigos…) pour diminuer notre consommation d’énergie.

P.L.G. : Quelle est l’implication de Carrefour sur le territoire ?
B.R. :
Nous faisons des dons alimentaires aux associations et nous trions nos déchets. Nous souhaitons aller plus loin, nous avons participé cette année à la foire de Chalons pour expliquer que Carrefour emploie de vrais boulangers, et que nous défendons les producteurs locaux, les visiteurs ont apprécié. Lors des dernières manifestations des agriculteurs, j’ai expliqué ce que nous faisions au quotidien pour soutenir les filières agricoles, le message est bien passé. Carrefour est attaché à son territoire. D’ici quelques semaines, j’irai à la rencontre des responsables de la chambre d’agriculture.

P.L.G. : Et concernant les 206 salariés [ndlr, dont 205 en CDI et un CDD] du Carrefour de Laon ?
B.R. :
Je vais apporter une vision extérieure à l’entreprise, qui permettra de voir les choses différemment. Carrefour Laon est une grande famille, les salariés doivent venir travailler avec le sourire, je souhaite qu’ils s’épanouissent, qu’ils trouvent un sens à venir travailler.

P.L.G. : Quels sont les atouts de votre carrière de militaire pour le groupe Carrefour ?
B.R. :
Susciter l’adhésion du coeur. Pour cela, il faut expliquer aux gens le projet de l’entreprise. Forcer l’adhésion des salariés n’est pas possible.

Portrait

À 49 ans, Bernard Ribiollet affiche une carrière atypique. Officier supérieur de gendarmerie, il a débuté sa carrière professionnelle en 1987 comme officier de chasseurs alpins dans l’Armée de terre. En 1997, il rejoint l’École des officiers de la gendarmerie nationale. Il occupe divers postes de commandement et d’Étatmajor. En 2008, il rejoint la présidence de la République au sein de la mission Union pour la Méditerranée. Ce poste lui permet d’aborder des domaines tels que la prévention de risques technologiques et naturels, la protection des investissements ou encore les relations diplomatiques. Fort de son expérience, Bernard Ribiollet envisage dès 2014 une reconversion dans le domaine des affaires publiques. Séduit par son parcours, le groupe Carrefour lui propose de devenir directeur de magasin. Après une période de “stage” pour se familiariser avec le groupe, il assure la direction par intérim du Carrefour de Laon en avril pour être confirmé dans ses fonctions fin août. Originaire de Chambéry, Bernard Ribiollet est marié et père de cinq enfants.