10% d’emplois de plus dans les Zac de l’ARC

Philippe Marini, président de l’Agglomération de la région de Compiègne (ARC) et maire de Compiègne, au cours de sa conférence de presse de rentrée a une fois encore parlé du développement économique de Compiègne et de son agglomération.

Philippe Marini détaille les données chiffrées.
Philippe Marini détaille les données chiffrées.
Philippe Marini détaille les données chiffrées.
Philippe Marini détaille les données chiffrées.

L’emploi de salariés privés dans le Compiégnois se porte bien : à titre indicatif, les zones d’activité qui comptaient 910 emplois en 2007, 4068 en 2014, en ont en 2015 4 474. Ce sont surtout des emplois tertiaires, 300 emplois créés dans les Zac en 2015, dont 150 postes en CDI chez Webhelp, Saint-Gobain, Continental, Nous avons des Zac qui n’ont plus de terrains disponibles pour accueillir des entreprises. Avec l’ouverture des trois nouvelles zones commerciales, il y aura 200 emplois supplémentaires. Le petit commerce et l’artisanat souffrent un peu, mais dans l’ensemble, le climat économique du compiégnois est stable. » Les Hauts de Margny, outre les 17 entreprises déjà implantées dont quatre en 2015, vont en accueillir deux autres en octobre prochain : la Bourse des affaires et Virages, (société de signalétique des routes). D’autres projets sont en cours, A2D et Compiègne paysages soit environ 30 emplois pour les deux entités. Dans le parc tertiaire de La Croix Saint-Ouen, trois bâtiments de 1 100 m² chacun, déjà en construction, accueilleront à terme 130 emplois dans le tertiaire. La Zac du Camp des Sablons accueillera des établissements d’enseignement primaire et secondaire, un IME et un ITEP et aussi plus de 500 logements. L’OPAC prévoit la livraison de 63 d’entre eux dès 2016.

Place d’honneur

Compiègne a été classée première ville de France, par l’hebdomadaire L’Expansion dans la catégorie agglomération de 70 000 à 100 000 habitants. Philippe Marini a rappelé que la présence de l’UTC et de l’Escom sont les principaux atouts de cette place d’honneur : «Le centre d’innovation de l’UTC, Pivert, qui est ouvert aux entreprises de biotechnologie et de chimie du végétal, sont des acteurs majeurs. Les ressources intellectuelles de l’UTC créent des entreprises générant des emplois, tel Virtual Sensitive de Fabien Château, qui a inventé la table tactile, et embauché neuf personnes. » L’environnement est aussi un axe fort de l’ARC qui est lauréate de l’appel à projets Territoire à énergie positive pour la croissance verte, (TEPCV). L’aide de 500 000 euros permettra la rénovation thermique du parc technologique des Rives de l’Oise et des aménagements cyclables pour les déplacements domicile-travail, réalisés en 2016 et 2017. Le plan climat énergie est démarré, des travaux concernant l’amélioration énergétique dans des écoles et des résidences de personnes âgées ont démarré cet été. La culture est aussi une des fiertés de l’ARC, avec une forte fréquentation des deux théâtres, plus de 50 000 personnes en un an et surtout le succès du Tigre qui est au-delà de ses objectifs, 18 mois après son ouverture. Une extension est prévue dans un hangar déjà existant, qu’il faudra mettre aux normes de sécurité, car il accueillera du public. Il est aussi envisagé d’implanter un théâtre privé dans la deuxième salle de l’ancien cinéma. L’attractivité de Compiègne est toujours aussi forte, tant par sa qualité de vie, avec la proximité de la forêt, les bus gratuits dans toute l’agglomération, que pour trouver un emploi, ce qui explique parfois la difficulté de trouver un logement.