Équipage privé pour une clientèle très prisée

Il n’est pas simple d’être chauffeur de VTC par les temps qui courent. La lutte acharnée des taxis pour protéger leur monopole pourrait décourager les volontaires. Pourtant, Christine Lallement a monté sa propre société de chauffeur de maître en janvier 2015.

454
Christine Lallement, fondatrice d’Équipage privé.
Christine Lallement, fondatrice d’Équipage privé.
Christine Lallement, fondatrice d’Équipage privé.
Christine Lallement, fondatrice d’Équipage privé.

Les esprits sont encore marqués par les violentes altercations des taxis à l’encontre des VTC ces dernier jours. Le gouvernement a choisi d’écouter les revendications, pour le moins musclées, des chauffeurs de taxi en interdisant UberPop, bien que les Français plébiscitent ce service qu’ils jugent de meilleure qualité. C’est sur cette haute qualité de prestation que Christine Lallement a placé son projet de chauffeur de maître.

Un service haut de gamme

Christine Lallement a occupé le poste de chauffeur de maître dans une société de transport pendant huit ans avant son licenciement économique. « Après deux années de chômage, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure entrepreneuriale en créant ma société Équipage privé destinée au transport des hautes personnalités. Mon précédent emploi m’a permis de valider tous les acquis nécessaires pour exercer cette profession de manière autonome », explique la dirigeante. Équipage privé propose un service haut de gamme avec une berline, une grande disponibilité et un ensemble de petites attentions comme la mise à disposition des journaux, de boissons ou encore de lingettes. « Je veux faire vivre une expérience unique qui marquera et fidélisera ma clientèle », précise Christine Lallement. La société s’est constituée une clientèle d’une dizaine d’entreprises picardes. La dirigeante poursuit ses efforts de prospection directement auprès des entreprises de la région sans oublier les particuliers par l’intermédiaire des réseaux sociaux. « J›utilise aussi mon réseau créé lors de mon précédent emploi. Cette clientèle d›affaires me permet de faire de belles courses jusqu›aux aéroports parisiens. Parfois, plus loin », raconte Christine Lallement. La récente adhésion à une association de Grande Remise certifie la qualité de service de la société.

Une entente cordiale avec les taxis

Contrairement au service UberPop, Équipage privé n’utilise pas d’application smartphone avec géolocalisation pour commander sur le pouce son transport, le client doit passer par un service de réservation sur le site de la société. « Cette différence me permet d’entretenir de très bonnes relations avec les chauffeurs de taxi. L’appellation « Chauffeur Grande Remise » serait plus juste que VTC car je ne propose pas le même service. » Si à l’heure actuelle, Christine Lallement ne peut pas encore se verser de salaire, elle reste sereine sur l’avenir de sa société. « Mes efforts sur ces derniers mois commencent à porter leurs fruits, grâce notamment à un partenariat avec des taxis qui sont des apporteurs d’affaires », explique la dirigeante. Elle regrette simplement l’absence d’aide de la part de Pôle emploi pour soutenir son projet. « J’ai l’impression qu’on est plus encouragé à rester au chômage plutôt qu’à entreprendre », conclut la conductrice de hautes personnalités.

Alban LE MEUR