Matuvu devient Popom

L’enseigne spécialisée dans les jeux anciens et objets de décoration pour enfants change de nom et devient Popom. Après onze ans de présence dans le centre d’Amiens, la boutique séduit toujours autant.

Virginie Leclaire a ouvert Matuvu, aujourd'hui Popom, il y a onze ans.
Virginie Leclaire a ouvert Matuvu, aujourd'hui Popom, il y a onze ans.
Virginie Leclaire a ouvert Matuvu, aujourd'hui Popom, il y a onze ans.
Virginie Leclaire a ouvert Matuvu, aujourd'hui Popom, il y a onze ans.

Une odeur de bonbon à la fraise embaume la boutique aux couleurs acidulées qui regorge de trésors. Doudous, poupées, vêtements, jeux anciens, vaisselle et veilleuses occupent tout l’espace, du sol au plafond. Retour en enfance immédiat. « C’est un univers très agréable. Bien souvent les clients viennent me voir pour un heureux événement », s’enthousiasme Virginie Leclaire, gérante du magasin. « Ce qui fonctionne le mieux, ce sont les listes de naissance et la broderie d’objets personnalisés comme les doudous et les cartables », dévoile cette ancienne responsable commerciale de l’Amiens SC reconvertie il y a onze ans « un peu par hasard ». La clientèle du magasin est essentiellement féminine, mais la gérante voit passer de plus en plus d’hommes. « Ils s’investissent davantage dans la grossesse de leur compagne. Ils sont souvent très réceptifs à mes conseils. »

Des marques prestigieuses

En mars, la boutique a changé de nom et s’appelle désormais Popom. « C’était le surnom de mon deuxième fils quand il était petit », sourit Virginie Leclaire. Un changement nécessaire après la revente du site Internet de la boutique en ligne, créée il y a dix ans par son mari, alors sans emploi. « Il a repris une activité, je ne pouvais pas gérer le site et la boutique. Mettre les nouveautés en ligne, emballer les commandes, tout ça demande beaucoup de temps ». Cette mère de trois enfants travaille seule et a des journées bien remplies. « Il y a quelques années, j’ai dû me séparer de deux salariées pour raisons économiques. La conjoncture ne me permet pas de recruter à nouveau », explique-t-elle. Aujourd’hui la boutique se porte bien, même si Virginie Leclaire note « une petite accalmie depuis janvier ». La clé de son succès, des partenariats de longue date avec des marques comme Moulin Roty, « une maison française très sérieuse », qui constitue 60% du chiffre d’affaires de Popom.