Les Enseignes Picardes en haut de l’affiche

Spécialiste de la signalétique et des enseignes lumineuses, cette entreprise prospère est située depuis 2003 au Pôle d’activités Jules- Verne, près d’Amiens. Forte de son expertise et d’une excellente position géographique, son dirigeant Amar Bouaoud affiche son optimisme.

Les Enseignes Picardes produisent en moyenne 500 à 600 enseignes par an.
Les Enseignes Picardes produisent en moyenne 500 à 600 enseignes par an.
Les Enseignes Picardes produisent en moyenne 500 à 600 enseignes par an.
Les Enseignes Picardes produisent en moyenne 500 à 600 enseignes par an.

Amar Bouaoud le confesse lui-même : « J’ai un parcours atypique. » En effet, l’actuel dirigeant des Enseignes Picardes a travaillé dix ans dans une entreprise de moteurs électriques avant de reprendre des études d’ingénieurs à HEI (Hautes Etudes d’Ingénieurs) de Lille dont il sort major de sa promotion à 37 ans. Après avoir été cinq ans directeur technique de la troisième entreprise d’enseigne de France, il reprend en 1996 une autre petite société du secteur, Néon RG, qui deviendra les Enseignes Picardes.

Investir et avancer

« Pendant six mois, nous avons formé un binôme avec le gérant partant à la retraite. À dire vrai, la situation financière n’était pas bonne », raconte Amar Bouaoud, qui décide alors de donner des moyens techniques à l’entreprise : informatisation, renouvellement des machines, etc. Un investissement qui passe aussi par l’élargissement du rayon d’action de son équipe, comme le relate le dirigeant âgé de 63 ans : « Nous avons accentué le développement sur le Nord-Pas-de-Calais. » Aujourd’hui, la société propose ses produits de signalétique et d’enseigne lumineuse en Picardie, Nord-Pas-de-Calais, région parisienne, Champagne- Ardenne et au-delà. « Nous bénéficions d’un excellent emplacement qui nous permet de couvrir une vaste zone », explique Amar Bouaoud.

C’est en 2003 que les Enseignes Picardes prennent possession du terrain au Pôle Jules-Verne, à Boves, avec le soutien du Crédit Mutuel, du conseil départemental et de la région. « Nos partenaires ont payé entre 20 et 25% du bâtiment, ce qui a grandement facilité notre installation », souligne l’entrepreneur. Un local impressionnant de 850 m², dont 600 m² d’atelier, capable d’accueillir les nombreuses machines de l’entreprise.

Voir plus grand

Autrefois centré sur le néon haute tension, les Enseignes Picardes a su évoluer avec son secteur d’activité. « Aujourd’hui, pour des raisons écologiques et économiques, c’est la LED qui domine. Cela consomme entre dix et douze fois moins », rapporte Amar Bouaoud.

Ce dernier n’a pas hésité à poursuivre ses investissements en dotant l’entreprise d’une cabine de peinture fermé, d’une fraiseuse numérique ou encore d’une machine à impression numérique de 1,6 mètre de large.

Cet équipement avancé permet aux Enseignes Picardes d’offrir une grande variété de services, appréciée par les grandes chaînes comme Flunch et les petits commerçants. La société travaille également pour le secteur public, ce marché représente en moyenne 20 à 25% du chiffre d’affaires.

« Nous avons travaillé pour la Caisse primaire d’assurance maladie dans les Hauts-de-Seine ou le Val d’Oise par exemple », mentionne le chef d’entreprise.

Amar Bouaoud ne compte pas s’arrêter là, comme il le révèle : « Nous allons développer la partie commerciale maintenant que nous avons les outils, les locaux et l’expertise. »