Polytan France sur le terrain… du sport

Adhérente depuis quelques mois au Medef Somme, Sophie Vissac, présidente de Polytan France, est une entrepreneuse dynamique et fière de son implantation à amiens. anciennement envirosport, l’entreprise a intégré Polytan et couvre le(s) terrain(s) dans toute la France.

433
Le revêtement du stade La Floride à Bayonne, une des nombreuses réalisations de Polytan France.
Le revêtement du stade La Floride à Bayonne, une des nombreuses réalisations de Polytan France.
Le revêtement du stade La Floride à Bayonne, une des nombreuses réalisations de Polytan France.
Le revêtement du stade La Floride à Bayonne, une des nombreuses réalisations de Polytan France.

En 2001, Envirosport est reprise par quatre actionnaires suite au dépar t en retraite de son fondateur. Sophie Vissac devient alors directrice commerciale au sein de cette société spécialisée dans les revêtements synthétiques pour infrastructures sportives, « avec l’exclusivité sur certains produits, telle l’excellente résine GreenSet pour les terrains de tennis », précise-t-elle. C’est en 2008 qu’Envirosport est vendue au géant allemand Polytan. « Nous sommes devenus le bras droit national de Polytan, un groupe international avec 550 millions d’euros de chiffre d’affaires », explique la chef d’entreprise devenue présidente de Polytan France.

S’intégrer dans un grand groupe

Ce rachat donne une nouvelle dimension à la société.

Son équipe de 45 personnes peut s’appuyer sur la renommée et la solidité financière de Polytan pour surmonter les périodes difficiles. L’entreprise devient un interlocuteur unique pour sa clientèle (composée à 98% de collectivités locales) en étant à même de fabriquer, poser et entretenir des revêtements pour pistes d’athlétisme, gymnases, terrains de football ou de tennis. « Nous avons à notre actif de très belles créations, comme les trois premiers terrains synthétiques de Ligue 1 (Lorient, Châteauroux et Nancy), un centre de formation pour l’équipe professionnelle de Guingamp et le Centre national d’entraînement de Roland-Garros », illustre Sophie Vissac.

Polytan propose aussi et surtout un service accessible s’adressant aux mairies pour leurs terrains multi sports, ainsi qu’aux particuliers souhaitant leur propre court de tennis. La baisse de dotation dans les mairies, « qui ont parfois des délais de paiement vraiment problématiques », n’est pas sans conséquences sur l’activité de l’entreprise. Positionnée essentiellement sur les marchés publics, Polytan France est tributaire d’un secteur très cyclique, en pause durant les périodes électorales locales. Les restrictions dans les budgets entraînent un repositionnement de l’entreprise.

Développements à venir

Polytan France propose de nouveaux produits moins nocifs pour l’environnement, comme un revêtement à base de canne à sucre.

De plus, la société, qui a toujours été basée à Amiens, souhaite se développer davantage localement. « Les régions Rhône-Alpes, Bretagne et Nord-Pas-de-Calais sont les zones les plus dynamiques. Nous croyons qu’il y a un potentiel important en Picardie, à Paris et en Ile-de-France, près de nos bases, qu’il faut exploiter », révèle la chef d’entreprise.

Cette dernière prévoit une année 2015 « dans le même esprit que 2014, c’est-à-dire difficile. » Heureusement, Sophie Vissac ne manque ni d’énergie ni de solutions pour contrer cette conjoncture peu clémente.