La Cigales des Champs finance son premier projet

Le club d’investisseurs la Cigales des Champs vient de financer son premier projet : un commerce alimentaire portugais ouvert mi-janvier en centreville de Saint-Quentin.

416
Christiane Da Silva Ferreira a créé Ô Maravilha, un commerce alimentaire portugais.
Christiane Da Silva Ferreira a créé Ô Maravilha, un commerce alimentaire portugais.
Christiane Da Silva Ferreira a créé Ô Maravilha, un commerce alimentaire portugais.
Christiane Da Silva Ferreira a créé Ô Maravilha, un commerce alimentaire portugais.

Créé en 2008 à Saint-Quentin, le club d’investisseurs Cigales des Champs regroupe des personnes qui épargnent mensuellement pour investir solidairement et localement dans des projets d’entreprises. Un investissement qui se fait sous la forme d’acquisition de parts sociales dans l’entreprise et par un accompagnement humain. En cinq années d’activité, les membres de la Cigales des Champs ont reçu plus d’une quinzaine de porteurs de projets dans des domaines d’activités très variés tels que le rachat d’un camping, le développement d’une activité de culture de fruits rouges ou la création d’un camion itinérant de toilettage pour chiens. « Nous avons émis des avis défavorables pour chacun de ces projets même s’ils étaient viables car ces créations se faisaient sous le statut d’auto-entrepreneur. La Cigale participe au capital de la société et ne peut donc aider les auto-entrepreneurs », explique Philippe Jarosz, co-gérant de ce club. « Toutefois, nous avons aidé humainement certains de ces porteurs de projet en les conseillant et en les réorientant vers d’autres structures. »

3 000 euros investis

La persévérance des membres du club a payé puisqu’ils viennent d’entrer au capital d’un commerce d’alimentation portugais, ouvert mi-janvier dans la rue d’Isle de Saint-Quentin. « Christiane Da Silva Ferreira, la propriétaire de ce magasin, a sollicité notre aide par l’intermédiaire de l’association Plan Net Adam Saint-Quentin qui l’a accompagnée dans le montage de son dossier », explique Philippe Jarosz. L’aide apportée à la créatrice est financière. La Cigales est entrée au capital de la SARL à hauteur de 1 500 euros et a investi 1 500 euros supplémentaires en compte courant d’associé.

De plus, un parrain Philippe Jarosz et une marraine, Graziella Basile, ont souhaité être aux côtés de Christiane Da Silva Ferreira pour l’épauler dans sa nouvelle vie de commerçante. Dans quatre ans, la Cigales sortira du capital de la SARL Ô Maravilha.

Et n’ayant pas vocation à faire des profits, les parts seront revendues à leur valeur estimée au moment du rachat. C’est avec un large sourire que Christiane Da Silva Ferreira a accueilli ses invités lors de l’inauguration de son magasin.

Pour cette portugaise de souche qui est née et a grandi à Saint-Quentin, ce projet coule de source. « Il n’y a pas d’épicerie de ce genre sur Saint- Quentin. Il y a bien des rayons portugais dans les grandes surfaces de la ville », constate-t-elle.

Pour se démarquer de ces enseignes, elle mise sur une rôtisserie de grande taille sur laquelle elle va pouvoir faire cuire des poulets à la sauce portugaise, l’un des menus préférés des Portugais. Deux semaines après son ouverture, le magasin de Christiane Da Silva Ferreira connaît une belle affluence et la communauté portugaise retrouve des racines culinaires à proximité de chez elle.