Créadie, le prix du microcrédit, récompense trois entrepreneurs picards

Pour la première fois en Picardie, Créadie, le prix du microcrédit, a été décerné à trois entrepreneurs de la région qui ont été accompagnés par l’Adie et dont les projets sont porteurs de développement économique, humain ou durable.

450
Tous les entrepreneurs du concours ont été récompensés
Tous les entrepreneurs du concours ont été récompensés
Tous les entrepreneurs du concours ont été récompensés
Tous les entrepreneurs du concours ont été récompensés

Laëticia Delsart a du mal à trouver les mots pour décrire son enthousiasme. Cette jeune femme de 29 ans vient de se voir remettre le prix Créadie dans la catégorie « Développement économique ». Fille de boulangers-pâtissiers toujours en activité, elle a reçu très tôt la passion de ce métier. Après un apprentissage et dix années d’expérience dans l’entreprise familiale, elle se lance grâce à un apport de 6 400 euros et à un financement de l’Adie. C’est à Ham, dans la Somme, qu’elle choisit d’ouvrir son commerce : « J’ai passé plus de deux ans à essayer de convaincre les banques de me suivre. Cela n’a rien donné. C’est grâce à l’Adie que j’ai pu concrétiser mon projet. »

James Ngumbu, 52 ans, avait déjà reçu le prix Talents des cités en 2013 dans la catégorie « Émergence ». Celui de Créadie, dans la catégorie Développement humain, le rend « très ému et fier ». Arrivé en France il y a 15 ans, ce Congolais a fui son pays d’origine où il exerçait le métier de journaliste pour raisons politiques. Après avoir repris des études et effectué « plusieurs petits boulots dont des piges à droite à gauche », il décide en 2012 de créer son propre journal. Panafrica International, consacré à l’actualité africaine, est aujourd’hui édité à 5 000 exemplaires. « Le parcours de la création d’entreprise est semé d’embûches. Ce prix est une véritable reconnaissance », sourit le journaliste.

Troisième entrepreneur primé dans la catégorie « Développement durable », Ibrahima Sow. Cet homme de 36 ans, absent lors de la cérémonie, a sollicité un microcrédit auprès de l’Adie il y a quelques mois pour pouvoir acheter un parc informatique à recycler.

Grâce à cette aide, il a pu créer son entreprise de vente de réparation d’ordinateurs à Amiens. Les trois lauréats remportent un prix de 1 000 euros remis par la Caisse des dépôts, soit 3 000 euros en tout.

Les six candidats non retenus, eux, bénéficient d’une dotation globale de 2 000 euros qui leur est octroyée par le Secrétariat général pour les affaires régionales (SGAR).

219 microcrédits en 2014

Reconnue d’utilité publique, l’Adie est une association qui aide les personnes exclues du marché du travail et qui n’ont pas accès au crédit bancaire classique à créer leur entreprise et donc leur emploi grâce au microcrédit. Thierry Lurienne, directeur de l’antenne picarde, se dit « très fier de récompenser ces parcours de vie dans un contexte économique aussi difficile. » L’Adie a octroyé 219 microcrédits à des entrepreneurs picards en 2014. Elle s’est fixé de nouveaux objectifs ambitieux pour l’horizon 2017 : augmenter d’un tiers le nombre de crédits et améliorer la rentabilité des entreprises crées.

Le concours Créadie introduit la semaine du microcrédit qui se déroule du 2 au 6 février, un événement organisé par l’Adie depuis 2005. « À cette occasion, nous espérons faire mieux connaître le microcrédit et les actions de notre association », conclut Thierry Lurienne.