Christian Délie : « Ma priorité sera la communication »

élu pour la quatrième fois à la tête de la Compagnie régionale des commissaires aux comptes, Christian Délie revient sur son précédent mandat et expose ses priorités pour les deux prochaines années.

448
Christian Délie ne briguera pas de cinquième mandat à la présidence de la CRCC.
Christian Délie ne briguera pas de cinquième mandat à la présidence de la CRCC.
Christian Délie ne briguera pas de cinquième mandat à la présidence de la CRCC.
Christian Délie ne briguera pas de cinquième mandat à la présidence de la CRCC.

Picardie la Gazette : Quel bilan dressez vous de votre précédent mandat ?
Christian Délie : Celui-ci a été marqué par la finalisation des nouveaux textes qui vont modifier et harmoniser au niveau européen l’exercice professionnel des commissaires aux comptes. C’est un très gros chantier qui a commencé il y a quatre ans et qui devrait aboutir au printemps 2016. Pour les dossiers EIP [ndlr : Entité d’intérêt public], ce texte va inclure une rotation de cabinet pour les commissaires aux comptes. La durée de leur mandat sera comprise entre 10 et 24 ans alors qu’il n’y a pas de limite aujourd’hui. Pour les autres dossiers, chaque État membre devra définir un périmètre d’intervention du commissaire aux comptes dans l’entité qu’il contrôle. Autre nouveauté, le rôle de l’organe de supervision de la profession sera modifié.

PLG : Quels sont les chantiers qui vous attendent pour les deux prochaines années ?
C.D. : En plus des nouveaux textes, ma priorité sera la communication. C’est primordial pour l’avenir de notre profession. Je continuerai de travailler main dans la main avec l’Ordre des experts-comptables pour toucher les jeunes grâce à des opérations comme le Tournoi de gestion qui a lieu en alternance avec la Nuit qui compte. Je souhaite également rapprocher la profession du monde de l’entreprise en tissant des liens avec les instances patronales. Les dirigeants, au niveau régional, ne connaissent pas toujours toutes les facettes de notre métier. Enfin, il est important d’entretenir des relations avec les magistrats. La première réunion des présidents des Compagnies des commissaires aux comptes, qui se tiendra en mars, aura d’ailleurs pour thème central la communication au niveau des régions. Mon autre priorité sera de veiller au bon fonctionnement de la profession. Avec la crise économique, le rôle des commissaires aux comptes s’est vu renforcé. Nous endossons des responsabilités supplémentaires et on attend de nous davantage de vigilance. C’est un véritable défi.

PLG : Briguerez-vous un cinquième mandat de président de la Compagnie régionale des commissaires aux comptes ?
C.D. : J’ai été élu pendant 20 ans à la CRCC et à la fin de ce mandat, j’aurai passé huit ans à la tête de celle-ci. C’est très rare. Mais je ne m’en félicite pas pour autant. Il s’agit d’un concours de circonstances. J’ai suffisamment donné à la profession. Désormais il faut du sang neuf. Il y a eu un renouvellement des membres lors des dernières élections, certains d’entre eux sont en mesure de prendre le relais.