Quel est l’avocat de 2014 ?

Suite à la Convention nationale des avocats qui a eu lieu à Montpellier fin 2014, Picardie la Gazette a rencontré Maître Xavier d’Hellencourt, avocat à Amiens, qui a participé à ces travaux en qualité de délégué régional de l’Association nationale d’assistance administrative et fiscale des avocats.

620
Avocat à Amiens, Xavier d’Hellencourt est également délégué régional de l’Association nationale d’assistance administrative et fiscale des avocats.
Avocat à Amiens, Xavier d’Hellencourt est également délégué régional de l’Association nationale d’assistance administrative et fiscale des avocats.
Avocat à Amiens, Xavier d’Hellencourt est également délégué régional de l’Association nationale d’assistance administrative et fiscale des avocats.
Avocat à Amiens, Xavier d’Hellencourt est également délégué régional de l’Association nationale d’assistance administrative et fiscale des avocats.

Picardie la Gazette : Quel était le but de cette convention nationale ?
Xavier d’Hellencourt : L’objectif principal de cette convention était de regrouper le plus possible de représentants de la profession pour pouvoir réfléchir ensemble sur le métier de demain mais également pour faire le point sur les nombreuses réformes et attaques dont fait actuellement l’objet le Barreau tout entier.

P.L.G. : Combien d’avocats exercent en France ?
X.D.H. : D’après les derniers chiffres publiés par le Conseil national des barreaux ce sont pas moins de 60 223 avocats qui exercent la profession sur un ensemble de 163 barreaux, soit 92,7 avocats pour 100 000 habitants. 3,3 % des avocats sont d’origine étrangère. Les avocats représentent 81 % des professionnels du droit et une masse d’emplois de 100 000 personnes (en ce compris les avocats).

P.L.G. : Comment et où l’avocat de 2014 exerce-t-il sa profession ?
X.D.H. : Toujours d’après les derniers chiffres obtenus par le Conseil national des barreaux, les avocats exercent leur profession de la manière suivante : 36 % en tant qu’individuels, 29 % en tant que collaborateurs, 29 % en tant qu’associés et 5,3 % en tant que salariés. 50 % des avocats sont rattachés aux barreaux de Paris, Lyon, et Nanterre sachant que 41,4 % des avocats exercent à Paris et 58,6 % exercent en province.

P.L.G. : Il semble que de plus en plus de femme intègrent le barreau. Est-ce exact ?
X.D.H. : Effectivement les femmes représentent aujourd’hui 53,3 % des avocats contre 46,7 % pour les hommes sachant que la moyenne d’âge pour les femmes est de 40 ans et que la moyenne d’âge pour les hommes est de 46 ans. L’âge moyen de la profession est donc de 43,5 ans.

P.L.G. : L’avocat de 2014 gagne-t-il bien sa vie ?
X.D.H. : La situation financière des avocats n’est malheureusement plus ce qu’elle était il y a encore quelques années. Seulement 89,4 % des avocats déclarent un revenu positif. Sur la France toute entière le revenu moyen est de 81 134 euros par an alors que le revenu médian n’est que de 47 365 euros.

Pour ce qui est de la Picardie le revenu moyen est de 65 898 euros. Pour ce qui est des avocats adhérents à ANAAFA (1/ 3 des avocats picards environ) ils ont bénéficié en 2013 des revenus mensuels suivants : en tant que collaborateur un revenu médian de 2 955 euros et un revenu moyen de 3 568 euros, en qualité d’avocat individuel un revenu médian de 2 840 euros et un revenu moyen de 4 284 euros, en qualité d’associé un revenu médian de 6 032 euros et un revenu moyen de 10 056 euros. Il est à noter que pour ce qui concerne la Picardie un comparatif de 2009 à 2013 nous font observer une baisse de revenus de l’ordre de 0,60 % pour les collaborateurs, de 11,5 % pour les individuels et de 10,5 % pour les avocats exerçant en qualité d’associés alors que les charges ne cessent d’augmenter.

P.L.G. : Quel avenir pour l’aide juridictionnelle ?
X.D.H. : En 2013, les demandes d’aide juridictionnelle ont augmenté de 3,7 % (soit 915 663 demandes) alors que les dotations au titre du paiement des missions réalisées sous le bénéfice de l’aide juridictionnelle par les avocats ont diminué de 9,3 %. Il est manifeste que le budget public annuel alloué à l’aide juridictionnelle par habitant est totalement insuffisant au regard de ce qui se passe à l’étranger puisque si en France le budget est de 5,60 euros par habitant il est au contraire de 21,60 euros par habitant aux Pays- Bas et de 45,70 euros par habitant au Royaume-Uni.