CIM Picardie en belle santé

Spécialisée dans la mécanique générale et de précision, CIM Picardie à Friville-Escarbotin affiche une activité sans cesse en croissance. Elle va doubler sa surface dans quelques jours. Deux recrutements de techniciens usineurs viennent d’être réalisés. Un autre est prévu pour cette année.

CIM Picardie, un savoir-faire certain.
CIM Picardie, un savoir-faire certain.
CIM Picardie, un savoir-faire certain.
CIM Picardie, un savoir-faire certain.

Notre métier a basculé en 2008- 2009, explique Dany Minard, chargé du développement et responsable de la communication chez CIM (Conception industrielle et montage) Picardie. Ceux qui sont restés, c’est grâce à la qualité de leur travail, la modernité des machines et la compétence des salariés. Durant ce temps, Jean-Pierre Breuzin, le gérant, a continué d’investir dans l’outil de travail. Ce sont vraiment les machines qui font la différence. Nous n’avons que des techniciens qualifiés. Nous pratiquons l’autoformation entre salariés. Il est essentiel qu’un technicien puisse remplacer son voisin au besoin et inversement. Nous faisons appel aussi à des organismes de formation. »

17 salariés

Créée en 2002 dans le centre de Friville-Escarbotin, l’entreprise se trouve depuis 2007 sur la zone d’activité Le Parc, toujours à Friville. Ses locaux s’étendent sur 450 m2 . Dans quelques jours, ils avoisineront les 900 m2 car, entretemps, l’entreprise s’est bien développée. Elle est passée de 8 à 17 salariés. Une embauche de technicien usineur est encore prévue cette année.« Notre métier est la petite mécanique générale et de précision par tournage, fraisage et électroérosion, précise Dany Minard. Nous avons 120 clients répartis sur toute la France dans divers secteurs : machines spéciales, médical, automobile, aéronautique, verrerie, automobile… Nous fabriquons de la pièce unitaire ou de la petite série, au maximum 150 à 200 pièces. Elles sont destinées à des machines. Nous sommes des usineurs sur plan. On peut nous demander des précisions au micron. On ne travaille pas vraiment dans l’urgence. Certains clients préfèrent stocker des pièces de rechange. »

Réactivité

Mais quand une panne est là, CIM Picardie assure une réelle réactivité. « C’est une des clés de notre succès, ajoute-t-il. Nous devons prouver à nos clients que nous pouvons intervenir dans les 48 heures. Une machine en panne leur fait perdre parfois des milliers d’euros de chiffre d’affaires. En 2014, nous avons réalisé pas moins de 2 900 devis. »

Les pièces fabriquées sont en acier, en aluminium, en laiton, en inox… Elles peuvent mesurer de 5 mm à 1,70 m. Devant une activité sans cesse croissante, CIM Picardie a donc dû pousser les murs pour faire entrer de nouvelles machines, comme par exemple un nouveau centre d’usinage avant l’été, et permettre à ses salariés de toujours bénéficier de conditions de travail agréables : en hiver, l’atelier est chauffé, en été, la climatisation est mise en service et chaque jour, la chaine hifi est en marche. « L’agrandissement est une vraie prise de risque, confie-t-il, mais nous savons où nous allons. Il est important de rester attentif à la clientèle par téléphone ou mail. Les pièces doivent arriver à temps et si ce n’est pas le cas, nous devons expliquer pourquoi. Nous ne plantons pas un client. » CIM Picardie vient de fonder une filiale à Saint-Pol-sur-Ternoise qui assure la maintenance, le dépannage et la mise en service de machines-outils. Ses deux salariés interviennent dans la grande région Nord et en Seine-Maritime. Devant les difficultés à recruter du personnel qualifié, CIM Picardie envisage d’ici deux à trois ans d’ouvrir sa propre école de formation. « Quand ils iront chercher du travail, les salariés ne présenteront pas leur CV mais les pièces qu’ils savent fabriquer », conclut Dany Minard.