Un réseau de chauffage urbain innovant à Nogent-sur-Oise

Alimenté par la combustion des déchets du centre de valorisation énergétique de Villers-Saint-paul, ce réseau thermique conçu et exploité par Dalkia permettra une réduction de 9 000 tonnes de CO2 par an et une économie de 35% sur la facture des 2 669 foyers nogentais raccordés.

789
Le sénateur Philippe Marini très attentif aux explications du technicien.
Le sénateur Philippe Marini très attentif aux explications du technicien.
Le sénateur Philippe Marini très attentif aux explications du technicien.
Le sénateur Philippe Marini très attentif aux explications du technicien.

En matière d’écologie et de développement durable, il y a les intentions et il y a les actes. La ville de Nogent-sur-Oise vient d’apporter la preuve tangible de son engagement dans ces deux domaines avec la création d’un réseau de chaleur, chauffage et eau chaude, totalement innovant. Le réseau thermique de la ville créé en 1964 qui fonctionnait jusqu’à présent au fioul et au gaz, est désormais approvisionné à hauteur de 60% en énergie thermique et électrique par le centre de valorisation énergétique de Villers-Saint-Paul. Celle-ci est produite grâce à la vapeur recueillie lors de la combustion des déchets ménagers à très haute température, dite chaleur fatale. Elle est ensuite diffusée via des conduites enterrées (un à deux mètres de profondeur) sur une distance de cinq kilomètres, depuis le CVE jusqu’à la chaufferie du boulevard Branly avant d’être distribuée aux différents foyers.

Une performance en matière de développement durable

Ce centre de valorisation brûle quelque 130 000 tonnes de déchets par an, provenant des villes de l’est du département. Si la température descend sous les -5 degrés ou en cas de défaillance du CVE, tout est prévu : la chaufferie est capable de fournir une énergie complémentaire (cogénération) comme de couvrir 100% des besoins. Ce nouveau réseau signe une véritable performance énergétique en matière de développement durable puisqu’il utilise le potentiel calorifique des déchets non recyclables, une énergie jusqu’alors perdue. Un contrat de 24 ans lie la ville et la société Dalkia qui assurera la production et la distribution de la chaleur et de l’eau chaude sanitaire. Cette dernière a pris à sa charge la totalité du coût des travaux (11 millions d’euros), comprenant la réhabilitation de la chaufferie et de son réseau primaire. La société NSO Energies, filiale 100% Dalkia, spécialement créée pour porter la nouvelle délégation, assurera l’exploitation du service public de chauffage.

Une baisse de 35% sur la facture

Après plus d’un an de travaux, le réseau thermique a été inauguré le 4 décembre en présence du maire de la ville et conseiller régional, Jean-François Dardenne, du sénateur et président du SMVO, Philippe Marini, du PDG de Dalkia, Jean-Michel Mazalerat et du directeur régional de l’Ademe, Christian Fabry. Salué comme une « petite révolution » par le maire de la commune, ce nouveau système de chauffage urbain, premier de son genre en Picardie, a recueilli les suffrages de tous les élus. « Un projet rendu possible par la CAC qui a accepté l’arrivée du centre de valorisation énergétique sur son territoire », n’a pas manqué de rappeler Philippe Marini qui a également souligné la baisse de 35% induite par ce nouveau réseau pour les habitants connectés.

Pour le PDG de Dalkia : « La transition énergétique existe et elle est en marche à Nogent-sur-Oise. »